Lettre de lancement du projet

Samedi 4 avril 2015
Vigile pascale
1er samedi du mois

Il y a très exactement cent ans, c'est-à-dire au printemps 1915, à Fatima, l’Ange du Portugal apparaissait pour la première fois à Lucie dos Santos qui était accompagnée de trois amies de son âge : Maria Justina, Teresa et Maria-Rosa Matias. Cette année-là, l’Ange leur apparut trois fois sans rien dire. L’année suivante, il apparut également trois fois à Lucie et ses deux cousins François et Jacinthe Marto. Enfin, en 1917, de mai à octobre, la Sainte Vierge leur apparut six fois. Au cours des deux années qui viennent, nous commémorerons donc le centenaire de ces douze apparitions.

Ce centenaire est une occasion unique pour mieux faire connaître le secret de Fatima et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, car encore aujourd’hui, l’ignorance sur ce sujet est très grande, ignorance qui blesse sûrement le cœur de Notre-Dame.

 

Cette dévotion consiste essentiellement à réparer les outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie et à prier pour la conversion des pécheurs en offrant tous les sacrifices de notre vie quotidienne et en faisant une communion réparatrice à ces deux intentions chaque premier samedi du mois. À ces deux pratiques, s’ajoute la récitation quotidienne du chapelet pour obtenir la paix dans le monde. Ces différents points vont être développés sur un site Internet en cours de création et qui devrait être accessible sous trois ou quatre semaines à l’adresse : www.fatima100.fr. En attendant, vous trouverez en pièce jointe une courte fiche précisant les principaux points.

Il est important de se rappeler que cette dévotion est une volonté de Dieu Lui-même révélée par Notre-Dame aux petits voyants de Fatima le 13 juillet 1917 : « Pour les sauver [les pécheurs], Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. »

Son importance a été plusieurs fois soulignée par sœur Lucie, en particulier dans une lettre du 19 mars 1939 au père Aparicio : « De la pratique de cette dévotion, unie à la consécration au Cœur Immaculé de Marie, dépendent pour le monde la paix ou la guerre. »

Le 26 décembre 1957, elle confia également au père Fuentès : « Elle [Notre-Dame] a dit, aussi bien à mes cousins qu’à moi-même, que Dieu donnait les deux derniers remèdes au monde : le saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, et ceux-ci étant les deux derniers remèdes, cela signifie qu’il n’y en aura pas d’autres. »

Comparés aux demandes de Notre-Dame, cette dévotion a des fruits si extraordinaires (la conversion des pécheurs et la paix dans le monde) qu’il faut vraiment profiter de ce centenaire pour la faire connaître. De plus, il serait également pertinent d’en profiter pour demander au Saint Père de reconnaître et d’encourager la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Car cette demande de Notre-Dame n’a toujours pas été réalisée.

Pour mener à bien un tel projet, il y a beaucoup à faire : création d’une association canonique, communications par courrier, articles dans les revues, colloques, établissement d’une liste de parrainage pour la demande au Saint-Père, rédaction d’une lettre de liaison périodique, etc.

Dès maintenant, votre aide pourrait être très précieuse, notamment pour :

- Faire dire des messes et demander aux couvents de prier à cette intention. En effet, pour mener à bien un tel projet, le soutien de la prière est indispensable, faute de quoi il aurait toutes les chances d’avorter.
- Transmettre cette lettre accompagnée d’un petit mot de votre part à vos parents, amis, connaissances, etc.
- Mettre en place un réseau de correspondants convaincus pour diffuser la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.
- Communiquer toute idée que vous auriez pour que ce centenaire soit un triomphe pour le Cœur Immaculé de Marie. Pour cela, vous pouvez utiliser l’adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Pour les personnes en région toulonnaise ou pouvant s’y déplacer facilement, accepter de faire partie d’un petit groupe de pilotage du projet.

Certains trouveront peut-être le projet très ambitieux au regard des moyens envisagés, ce d’autant plus qu’il ne doit pas se limiter à la France, car la conversion des pécheurs et la paix dans le monde concernent tous les pays. Cette réaction est légitime ; cependant, Dieu se plaît à agir avec un petit nombre. « Ma grâce te suffit ; car ma puissance triomphe dans la faiblesse  » a dit Notre-Seigneur à saint Paul (2e épître aux Corinthiens, XII-9). Si cette idée ne vient pas du Ciel, elle s’éteindra d’elle-même ; dans le cas contraire, Dieu la soutiendra. Mais pour cela, il faut qu’auparavant nous ayons accompli ce qui est à notre portée : « Aide-toi et le Ciel t’aidera ».

Pour terminer, confions cette entreprise à Notre-Dame et demandons lui son aide : elle ne manquera pas de nous l’accorder puisque nous œuvrons pour le triomphe de son Cœur Immaculé. Et que les mérites de la Passion et de la Résurrection de son Fils nous obtiennent les grâces nécessaires pour mener à bien ce projet et surtout retombent sur les pécheurs pour lesquels nous devons prier.

Espérant vous avoir convaincu de l’importance de ce projet pour obtenir la paix dans le monde et surtout pour obtenir la conversion des pécheurs, je vous prie d'agréer, mon Père, Madame, Monsieur, chers amis, l’expression de mes sentiments dévoués.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Yves de Lassus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.