Nota : Le texte qui suit est tiré d'un petit livre publié par l’abbaye Saint Joseph de Clairval sur le scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel.
Pour acheter ce livre, envoyez un chèque de 10 € (5 € + 5 € de port) à l'ordre de Traditions Monastiques, à Éditions Traditions Monastiques 21150 Flavigny sur Ozerain.
Vous pouvez aussi le commander par internet à cette adresse :
http://www.traditions-monastiques.com/fr/livres-spiritualite/69-scapulaire-notre-dame-mont-carmel-l1106f.html?search_query=scapulaire&results=32

Vous pouvez aussi commander un scapulaire sur ce site à la page suivante :
http://www.traditions-monastiques.com/fr/recherche?controller=search&orderby=position&orderway=desc&search_query=scapulaire&submit_search=

QUESTIONS PRATIQUES
CONCERNANT LE SCAPULAIRE

1°) On devient membre de la Confrérie du Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel par la réception du scapulaire, qui doit obligatoirement être "imposé", c’est à dire placé autour des épaules, en utilisant le rituel prévu à cet effet.
En cas d’urgence (péril de mort) et s’il était impossible de trouver un prêtre, un laïc pourrait imposer, à lui-même ou à un autre, en récitant une prière à la Sainte Vierge, un scapulaire précédemment bénit par un prêtre.

2°) Tout prêtre ou diacre peut désormais faire l’imposition du scapulaire (il n’est plus nécessaire, comme par le passé, d’une autorisation spéciale de l’Ordre des Carmes déchaux). Il faut pour cela utiliser une des formules de bénédiction prévues par le Rituel romain. Certains laïcs, munis des pouvoirs nécessaires donnés par l’Ordre du Carmel, peuvent également l’imposer.

3°) Le Scapulaire du Mont Carmel est composé de deux morceaux de laine brune de forme rectangulaire ou carrée, non tricotés mais tissés, reliés entre eux par deux fils de manière à pouvoir être portés, un morceau sur la poitrine et l’autre sur le dos. L’image de la Sainte Vierge n’est pas nécessaire, mais c’est une pieuse et louable coutume qu’elle y soit attachée.

4°) Le Scapulaire doit être porté de manière moralement continuelle (donc aussi pendant la nuit) ; on peut bien sûr l’enlever pour se laver, sans cesser de bénéficier de la promesse. Il peut être dissimulé sous les vêtements. Il est bénit une fois pour toutes lors de l’imposition. Lorsqu’un Scapulaire est sali ou usé, on peut donc le remplacer sans aucune nouvelle cérémonie de bénédiction ou d’imposition (la bénédiction du premier Scapulaire passe aux suivants).

5°) La médaille du Scapulaire.
Le Pape Saint Pie X a concédé la faculté de remplacer le Scapulaire de tissu par une médaille, surtout en raison de la rapide corruption de l’étoffe dans les pays chauds. Cette concession a été depuis étendue au monde entier. On peut donc avec la médaille du Scapulaire bénéficier des trois promesses de la Très Sainte Vierge : préservation des flammes éternelles, libération du purgatoire (privilège sabbatin) et protection contre les dangers de l’âme et du corps.

Il faut toutefois remarquer que la médaille ne peut être imposée. Il est donc indispensable de recevoir, selon les normes prescrites ci-dessus, un premier Scapulaire en tissu : seulement après, on peut le remplacer par la médaille (préalablement bénite avec la formule de bénédiction du Scapulaire, ou par un simple signe de croix). La médaille doit représenter d’un côté Notre Seigneur montrant son Cœur, de l’autre la Sainte Vierge. On peut porter la médaille du Scapulaire autour du cou ou sur soi d’une autre manière. Si l’on change de médaille, il n’est pas nécessaire que la nouvelle médaille reçoive une bénédiction.

Cependant, il faut insister sur le fait que l’Église préfère le Scapulaire en étoffe, parce que celui-ci représente mieux le vêtement donné par la Sainte Vierge à saint Simon Stock. La concession de la médaille n’est qu’une dispense, et les papes saint Pie X et Benoît XV qui l’ont octroyée, ont ajouté qu’ils désiraient que les fidèles continuent à porter, si possible, le Scapulaire en laine.

On peut d’ailleurs remédier à l’inconvénient de l’usure du tissu, en protégeant le Scapulaire avec une enveloppe en plastique, ou plus simplement en changeant souvent de Scapulaire. Le Scapulaire usé doit être brûlé ou jeté enveloppé, de manière à ne pas risquer d’être profané.

6°) Conditions pour bénéficier des promesses
Pour la promesse principale, la préservation de l’enfer, il n’y a aucune condition particulière, sinon celle de recevoir le Scapulaire avec une intention droite, et de le porter au moment de la mort (si on l’enlève au malade à l’hôpital, contre sa volonté, il est censé avoir continué à le porter On peut aussi, dans ce cas, demander que le Scapulaire soit accroché à la table de chevet du malade).
Le Scapulaire peut être imposé à des personnes non-catholiques, pour autant que celles-ci en comprennent la signification. On a relevé des cas de conversion miraculeuse de protestants ou même de païens, qui avaient reçu le scapulaire.

Pour bénéficier du "privilège sabbatin" (délivrance du purgatoire par la Sainte Vierge, le samedi suivant la mort), trois conditions sont en outre requises :
a) Porter habituellement le Scapulaire.
b) Conserver la chasteté de son état (complète dans le célibat, ou conjugale dans le mariage) ; il faut remarquer que cette obligation n’ajoute rien aux devoirs de tout chrétien en ce qui concerne la chasteté.
c) Réciter quotidiennement le Petit Office de la Sainte Vierge. Les prêtres, en imposant le Scapulaire, ont le pouvoir de commuer cette obligation un peu difficile, par exemple en prescrivant à sa place la récitation quotidienne du chapelet. Que les laïcs n’hésitent pas à le leur demander. Certains ont demandé à voir leur obligation consister en l’assistance à la messe tous les jours (30’) en l’honneur de Notre Dame du Mont Carmel.

7°) Le port du Scapulaire n’oblige pas sous peine de péché. On peut donc, après l’avoir reçu, cesser de le porter sans commettre aucune faute morale ; mais on ne bénéficie plus alors des promesses. Celui qui reprendrait le Scapulaire après l’avoir abandonné quelque temps, même plusieurs années, n’a pas besoin de se le faire à nouveau imposer.

8°) Il ne paraît pas du tout judicieux d`imposer le Scapulaire sans avoir expliqué à la personne concernée de quoi il s’agit, ni s’être assuré de son intention droite. Il convient au contraire de lui faire lire quelque document sur le Scapulaire, et si possible d’entourer la cérémonie d’imposition d’une certaine solennité (il est souhaitable qu’elle ait lieu dans une église).

9°) Indulgences attachées au port du Scapulaire
a) Une indulgence partielle (remise d’une partie des peines que nous devrions souffrir pour chaque péché commis) est accordée à ceux qui portent pieusement le Scapulaire ou la médaille, chaque fois qu’ils actualisent leur union avec la Très Sainte Vierge ou avec Dieu par le Scapulaire en baisant celui-ci, ou bien en formulant intérieurement un désir, une inspiration, une invocation.
b) Une indulgence plénière (remise de la totalité des peines dues pour nos péchés) est accordée :

- le jour où l’on reçoit pour la première fois le Scapulaire,
- à la fête de Notre-Dame du Mont Carmel le 16 juillet,
- du saint prophète Élie le 20 juillet,
- de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus le 1er octobre,
- de tous les saints de l’Ordre du Carmel le 14 novembre,
- de sainte Thérèse de Jésus le 15 octobre,
- de saint Jean de la Groix le 14 décembre,
- de saint Simon Stock le 16 mai.

On peut gagner une indulgence plénière chaque jour à condition de :

- se confesser dans la semaine,
- communier le jour même,
- prier pour le Pape (par exemple un "Notre-Père" et un "Je vous salue Marie"),
- lire pendant une demi-heure au moins l’écriture sainte ou réciter, sans interruption, un chapelet dans une église, en prenant le temps de méditer les mystères.,
- exclusion de toute attache au péché, même véniel (cela veut dire que l’on préférerait mourir plutôt que de commettre délibérément un péché véniel).

Il faut par ailleurs avoir une intégrité de vie et une pureté de mœurs qui rende digne de la protection maternelle et des promesses de la Sainte Vierge.

Autres précisions sur les indulgences : lire la constitution promulguée par le pape Paul VI à ce sujet

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.