• Affichages : 467

Lettre de liaison n° 49 (7 avril 2017)

Chers amis,

Il n’est malheureusement pas rare d’entendre dire : « Mais pourquoi fêter Fatima ? Le Vatican n’a-t-il pas dit que Fatima, c’était désormais du passé ? ».

La première réponse à cette objection est que le 150e anniversaire des apparitions de Lourdes a bien été fêté. Alors pourquoi ne le ferait-on pas pour le 100e anniversaire de celles de Fatima ? De plus, l’anniversaire des apparitions de Lourdes a fêté de façon très solennelle. Une solennité équivalente serait donc tout aussi légitime pour Fatima.

Mais la principale raison n’est pas là. Ce qui justifie avant tout de fêter le centenaire des apparitions de Fatima, c’est qu’elles ont un caractère exceptionnel qu’aucune autre apparition mariale n’a. Il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie entre les apparitions. Du moment, que Notre-Dame apparaît sur terre, c’est en soi un événement exceptionnel. Il n’en reste pas moins qu’en ce qui concerne Fatima, Dieu a marqué ces apparitions par des signes absolument uniques dans l’histoire des apparitions.

Lire la suite : Le caractère exceptionnel des apparitions de Fatima

  • Affichages : 546

Lettre de liaison n° 48 (29 mars 2017)

Chers amis,

Dans la précédente lettre de liaison, nous avons vu toutes les grâces accordées par Notre-Dame à ceux qui se consacraient à son Cœur Immaculé. Mais, parmi les pratiques de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, la consécration n’est pas la seule à apporter des fruits : les autres pratiques ont également de précieux fruits.

  • Affichages : 518

Lettre de liaison n° 47 (16 mars 2017)

Chers amis,

À la lecture de la dernière lettre de liaison, un religieux de nos amis nous fit la remarque suivante : « Vous avez raison de souligner qu’on peut tout à fait légitimement parler de "consécration à la Sainte Vierge" et que de nombreux saints et papes l’ont fait. Il me semble cependant qu’on pourrait indiquer que le terme "consécration" ou "se consacrer" n’a pas le même sens pour Dieu et pour un saint. Il est analogue. Seul Dieu peut posséder totalement notre personne. On se donne à Marie pour qu’elle nous donne à Dieu. » Que ce honorable lecteur soit ici chaleureusement remercié pour cette précision qui nous permet de corriger une omission en grande partie due à l’indispensable concision des lettres de liaison.

Ce point a été remarquablement développé par saint Louis-Marie Grignion de Montfort dans son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. Par exemple, au n°115, il recommande de « commencer, continuer et finir toutes ses actions par elle, en elle, avec elle et pour elle afin de les faire par Jésus-Christ, en Jésus-Christ, avec Jésus-Christ et pour Jésus-Christ notre dernière fin. » Et un peu plus loin au n° 120, il précise :

Marie étant la plus conforme à Jésus-Christ de toutes les créatures, il s’ensuit que, de toutes les dévotions, celle qui consacre et conforme le plus une âme à Notre-Seigneur est la dévotion à la très Sainte Vierge, sa Sainte Mère, et que plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle le sera à Jésus-Christ. C’est pourquoi la parfaite consécration à Jésus-Christ n’est autre chose qu’une parfaite et entière consécration de soi-même à la très Sainte Vierge, qui est la dévotion que j’enseigne.

Le but final de la consécration à Notre-Dame est donc d’aller à son Fils. C’est d’ailleurs l’enseignement de Notre-Dame à Fatima. Le 13 juin 1917, elle dit à la petite Lucie : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu. »

Les fruits de la consécration au Cœur Immaculé de Marie

Même si l’objectif de cette consécration est d’aller plus sûrement à Dieu, pour nous inciter à la faire, il n’est sans doute pas inutile d’en rappeler les fruits. Le premier fruit est une aide particulièrement précieuse pour faire notre salut, car la consécration fait partie de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Or, de celle-ci, Notre-Dame a dit : « À qui embrassera cette dévotion, je promets de salut ». (Voir lettre de liaison n° 5)

Lire la suite : Les fruits de la consécration au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 586

Samedi prochain, 4 mars 2017 : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 46 (28 février 2017)

Chers amis,

Plusieurs personnes nous ont demandé ce qu’il fallait entendre par se consacrer au Cœur Immaculé de Marie. C’est effectivement une question importante et il n’est sans doute pas inutile de préciser ce point.

Qu’est-ce qu’une consécration ?

Tout d’abord que signifie se consacrer ? Le terme "consacrer" a plusieurs sens. Celui qui nous intéresse ici est celui de "réserver pour Dieu". Consacrer un objet, un édifice, un lieu, signifie que cet objet (un calice par exemple) ou cet édifice (une église par exemple) sont réservés pour Dieu, pour célébrer son culte et qu’ils ne peuvent plus servir à un autre usage.

On peut aussi consacrer une personne (ou un groupe de personnes). Dans ce cas, la personne garde sa liberté, mais elle promet de suivre Jésus et de vivre en suivant sa loi. Lorsqu’une personne se consacre par exemple au Sacré-Cœur, elle se donne entièrement à Jésus : elle Lui donne son corps, son âme, ses biens extérieurs, ses biens intérieurs (vertus et mérites), tout ce qu’elle a dans l’ordre de la nature et de la grâce. Par son acte de consécration, elle reconnaît à Notre-Seigneur un entier et plein droit de disposer de tous ses biens pour le triomphe de son Église. Se consacrer signifie qu’on s’engage à être un instrument docile entre ses mains. On promet une obéissance sans faille à tout ce qu’Il nous demandera.

Lire la suite : La consécration au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 420

Lettre de liaison n° 45 (13 février 2017 - 12e anniversaire de la mort de sœur Lucie)

Chers amis,

Vous êtes plusieurs à nous avoir demandé quelles étaient les manifestations organisées pour le centenaire des apparitions de Fatima. Hélas, en dehors du voyage du pape à Fatima le 13 mai et des différents pèlerinages organisés par les paroisses ou les communautés religieuses, il n’y a pas grand-chose à signaler. La consultation du site officiel du centenaire, http://www.fatima.pt/fr, n’apporte guère d’éléments.

Il est un peu déconcertant de voir qu’il y a plus de publicité et de cérémonies prévues pour le cinquième centenaire de la Réforme de Luther que pour le centenaire des apparitions de Fatima. Pourquoi une telle attitude de la part des autorités religieuses ? Pourquoi le centenaire des apparitions de Fatima n’a-t-il pas eu une importance voisine de celle accordée à l’année de la Miséricorde ? La réponse se trouve dans le dossier joint au texte du troisième secret diffusé par le Vatican le 26 juin 2000. Voici ce qui est écrit dans le Commentaire théologique, le plus important des sept documents de ce dossier :

Lire la suite : Prier pour le Saint-Père

  • Affichages : 334

Samedi prochain, 4 février 2017 : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 44 (29 janvier 2016)

Chers amis,

 « Les jugements de Dieu sont insondables et ses voies impénétrables » dit saint Paul dans son Épître aux Romains. Toutefois, les voies divines ne sont pas toujours inconnaissables. Car Dieu se plaît, de temps à autre, à nous faire connaître sa volonté. Certes, de telles occasions sont rares, mais elles existent. Au XIVe siècle, Il s’adressa par exemple à sainte Catherine de Sienne qui transcrivit ce qu’elle apprit dans ses Dialogues. Au XVIIe siècle, à Paray-le-Monial, Notre-Seigneur demanda à sainte Marguerite-Marie de répandre la dévotion au Sacré-Cœur.

Fatima fait partie de ces rares occasions où Dieu nous fait part d’une de ses volontés, avec cette fois une particularité notable : il y a un parallèle étonnant entre les apparitions de Paray-le-Monial et celles de Fatima. Dans les deux cas, il est demandé l’établissement de la dévotion à un Cœur : le Sacré-Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie. À chaque fois, le salut nous est promis si nous embrassons les dévotions proposées (la pratique des neuf premiers vendredis du mois et des cinq premiers samedis du mois). Et, à chaque fois, il a été demandé la consécration à ces Cœurs (la consécration de la France au Sacré-Cœur et la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie).

Lorsqu’Il lui arrive de le faire, Dieu se manifeste généralement de façon discrète, comme à sainte Catherine de Sienne ou sainte Marguerite-Marie. Tel ne fut pas le cas à Fatima : les signes qui accompagnèrent les apparitions furent extraordinaires, que ce soit les phénomènes naturels (voir lettres de liaison n° 8 et n° 10) ou le nombre de prophéties dont plusieurs se sont réalisées (voir lettre de liaison n° 23) ou encore le miracle du soleil (voir lettre de liaison n° 12). Aucune apparition, même celles de Lourdes ou de Guadalupe, n’a été authentifiée d’une manière aussi spectaculaire, ni n'a bénéficié d’autant de témoins extérieurs. C'est un fait sans précédent dans l'histoire des apparitions.

Lire la suite : Le caractère exceptionnel du message de Fatima

  • Affichages : 1056

Lettre de liaison n° 43 (14 janvier 2017)

 Chers amis,

La dernière lettre de liaison proposait un programme pour que l’année du centenaire voie à la fois le développement de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie et le redressement de la situation de plus en plus catastrophique, notamment sur le plan moral, dans laquelle nous nous trouvons (voir précédente lettre de liaison). Mais comment croire que des actions si simples puissent opérer un tel redressement ?

L’Évangile de ce dimanche (dans le rit extraordinaire) nous apporte la réponse. Il relate le premier miracle fait par Jésus, et montre qu’avant le miracle proprement dit, il nous faut accomplir divers actes qui, dans le cas présent, ont été accomplis par Notre-Dame. Le premier de ces actes est une demande. « Ils n’ont plus de vin ». Le second est un acte de foi : « Faites tout ce qu’Il vous dira » Nous avons là un acte de foi d’une perfection sublime. Car Jésus venait de dire à sa mère : « Femme, qu’y a-t-il entre vous et moi ? Mon heure n’est pas encore venue ». Mais Marie a la Foi. De plus, elle connaît comme personne d’autre son Jésus. Aussi, n’hésite-t-elle pas à dire aux serviteurs : « Faites tout ce qu’Il vous dira ». Le troisième acte est une action concrète en apparence peu utile pour l’objectif recherché. Jésus demande : « Remplissez d’eau ces jarres ». Les serviteurs ont dû se demander ce qui se passait dans la tête de celui qui leur donnait cet ordre. Car à quoi peut servir de remplir d’eau des jarres quand on cherche du vin ?
Et la plupart des miracles de Notre-Seigneur se sont déroulés selon un schéma analogue, notamment la résurrection de Lazare.

Lire la suite : Demande au Saint-Père

  • Affichages : 1701

Samedi prochain, 7 janvier 2017 : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 42 (1er janvier 2017)

Chers amis,

Nous voici désormais dans l’année du centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima. Depuis une vingtaine de mois, nous nous y sommes préparés afin de fêter ce centenaire le plus dignement et le plus solennellement possible. La quarantaine de lettres de liaison publiées depuis le lancement du projet a permis d’aborder les points essentiels du message délivré par Notre-Dame. Certes, tout n’a pas été dit, tant ce message est riche. Mais les points essentiels ont tout de même été expliqués. Fort de ce bagage, il nous faut désormais entrer dans ce centenaire décidé à vouer un amour toujours plus grand à Notre-Dame, avec la ferme intention de répondre à son appel en nous efforçant de suivre toujours mieux les demandes qu’elle fit à Fatima, en particulier par une fervente pratique de la dévotion à son Cœur Immaculé, et d’être d’ardents apôtres de cette dévotion.

La consécration au Cœur Immaculé de Marie et le port du scapulaire de Notre-Dame du Mont Carmel

Pour cela, consacrons-nous (si ce n’est pas encore fait) à son Cœur Immaculé. La prochaine consécration organisée est le 11 février.  La préparation commencera le 11 janvier : il est donc encore temps pour prendre connaissance du dossier de préparation qui explique pourquoi se consacrer et pour s’inscrire. Portons le saint habit que la Sainte Vierge nous a confié : le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel (voir le rituel d’imposition).

Ces deux actions ne demandent que de petits efforts. Certes c’est un engagement, et comme tel, il nous contraint ensuite à agir comme promis. Mais l’acte d’engagement lui-même, mis à part peut-être la préparation qu’il réclame, n’est pas compliqué. Prenons tous la résolution, en 2017, de nous consacrer (ou de renouveler notre consécration) au Cœur Immaculé de Marie et de porter le scapulaire, par amour pour Notre-Dame. De la sorte, nous montrerons à notre Mère du Ciel notre volonté de nous mettre à son service et de faire tout ce qu’elle demande par amour pour elle.

Lire la suite : Programme pour l'année du centenaire

  • Affichages : 709

Lettre de liaison n° 41 (14 décembre 2016)

 
Chers amis,

Concernant la consécration de la Russie, deux demandes distinctes ont été formulées par le Ciel : une première en 1929 et 1930 par Notre-Dame (voir lettre de liaison n° 39) ; puis, le pape n’ayant pas réagi, une deuxième par Notre-Seigneur, plus facile mais avec des fruits différents (voir lettre de liaison n° 40).
Les conditions associées à ces deux consécrations sont également différentes. À Alexandrina da Costa, Notre-Seigneur ne demanda qu’une consécration par le pape. Par contre, Notre-Dame assortit sa demande de plusieurs conditions que nous connaissons par les lettres de sœur Lucie à son confesseur. Le 29 mai 1930, elle lui écrivit :

Le bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint-Père daigne faire, et ordonne aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux très Saints Cœurs de Jésus et de Marie, Sa Sainteté promettant, moyennant la fin de cette persécution, d’approuver et de recommander la pratique de la dévotion réparatrice,

Deux semaines plus tard, elle lui écrivit à nouveau, répétant mot pour mot la demande exprimée dans la lettre précédente. Le père Gonçalvès en informa lui-même Pie XI.

Lire la suite : Les consécrations de la Russie faites par les papes

  • Affichages : 907

Samedi prochain, 3 décembre : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 40 (27 novembre 2016)

Chers amis,

Dans la précédente lettre de liaison, nous avons vu que Notre-Dame avait demandé la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé. Pourquoi donc les papes ont-ils consacré le monde et non pas la Russie ? Un petit retour sur l’histoire des apparitions permettra d’en saisir la raison.
Après avoir annoncé le 13 juillet qu’elle reviendrait demander la consécration de la Russie, Notre-Dame la demanda à sœur Lucie en 1929 puis en 1930 à Tuy (voir lettre de liaison n°39). Le père Gonçalvès, puis Monseigneur da Silva transmirent la demande au pape Pie XI, mais le pape ne fit rien. Aussi, en août 1931, le Ciel fit connaître à sœur Lucie son mécontentement de ce que la consécration de la Russie n’était toujours pas faite.

Comme je demandais à Dieu la conversion de la Russie, de l’Espagne et du Portugal, il me sembla que sa divine majesté me dit : « (…) Fais savoir à mes ministres, étant donné qu’ils suivent l’exemple du Roi de France en retardant l’exécution de ma demande, qu’ils le suivront dans le malheur. » (Lettre à Monseigneur da Silva du 29 août 1931)

Lire la suite : Les deux consécrations du monde et de la Russie au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 1458

Lettre de liaison n° 39 (13 novembre 2016)

Chers amis,

Parmi les demandes faites par Notre-Dame à Fatima, cinq ont une portée générale et s’adressent à chacun d’entre nous. Quatre d’entre elles ont été analysées dans les lettres de liaison précédentes : la récitation quotidienne du chapelet, les sacrifices pour la conversion des pécheurs, ne plus offenser Notre-Seigneur (voir lettre de liaison n°36) et la communion réparatrice des premiers samedis du mois (voir lettre de liaison n°37). La cinquième concerne la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Cette demande divise malheureusement le monde catholique, certains affirmant que la consécration a été faite, d’autres continuant à dire qu'elle ne l’a pas été comme le voulait Notre-Dame. Il est important d'éclaircir ce point, car il n’est pas acceptable qu’une demande de notre mère du Ciel nous divise. De plus, l’Église n’a jamais eu peur de la vérité. Aussi, l’analyse de cette question controversée ne doit-elle pas nous effrayer.

La demande de consécration de la Russie a été annoncée dans l’apparition du 13 juillet 1917 :

Pour l'empêcher [la seconde guerre mondiale dont Notre-Dame a parlé juste avant], je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. (…) À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix.

Lire la suite : La consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 790

Samedi prochain, 5 novembre : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 38 (28 octobre 2016)

Chers amis,

Régulièrement, des personnes nous demandent ce qu’elles pourraient faire pour nous aider ou pour œuvrer pour le centenaire. Afin de répondre sans tarder à cette question, l’analyse des demandes faites par Notre-Dame à Fatima, commencée dans les lettres de liaison n° 36 et n° 37, sera provisoirement interrompue. Car, nous sommes désormais à un an de la dernière apparition : il est donc important de ne plus tarder à mettre en place toutes les actions possibles pour fêter dignement ce centenaire.

Ces actions ont déjà été présentées dans la première lettre de liaison. Les différentes propositions ont ensuite été développées au fur et à mesure des lettres de liaison. Mais il ne semble pas inutile de revenir de dessus.

Le principe général est de faire la volonté de Dieu exprimée à Fatima par la voix de la Sainte Vierge, à savoir : travailler à l’établissement dans le monde de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.
Cette dévotion comporte cinq pratiques : la récitation quotidienne du chapelet, les prières et les sacrifices pour la conversion des pécheurs, la communion réparatrice des premiers samedis du mois en réparation des outrages envers le Cœur Immaculé de Marie, la consécration au Cœur Immaculé de Marie et le port du scapulaire.
Pour accomplir la volonté de Dieu, il convient donc de faire sien et de propager ces cinq pratiques. Cette propagation peut se faire à différents niveaux : personnel, familial, paroissial, diocésain, national.

Lire la suite : Que faire pour le centenaire ?

  • Affichages : 1078

Lettre de liaison n° 37 (13 octobre 2016)

Nous voici désormais à un an du centenaire de la dernière apparition de Fatima. Le temps est donc désormais compté pour tenter d’ici là de satisfaire à toutes les demandes de Notre-Dame à Fatima.
Ces demandes, qui ont été rappelées dans la précédente lettre de liaison, sont au nombre de cinq. Trois ont été exprimées au présent et nous concernent directement, à savoir : réciter son chapelet tous les jours, faire des sacrifices pour les pécheurs et ne plus offenser Notre-Seigneur. (Voir la lettre de liaison n° 36)
Les deux autres, la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie et la communion réparatrice des premiers samedis du mois, ont d’abord été exprimées au futur. Mais désormais, ces dernières ne sont plus au futur, car depuis, Notre-Dame les a formellement exprimées.
En effet, le 10 décembre 1925 à Pontevedra, elle confia à sœur Lucie : 

Lire la suite : L'approbation de la dévotion réparatrice par le Saint-Père

  • Affichages : 1185

Lettre de liaison n° 36 (29 septembre 2016)

Samedi prochain, 1er octobre : 1er samedi du mois

Chers amis,

 Les inquiétudes que suscitent la situation non seulement de notre pays, mais aussi du monde en général, doivent nous inciter à méditer sérieusement les paroles de Notre-Dame dans le secret confié aux trois petits bergers de Fatima le 13 juillet 1917 : « Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix. (…) Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. » Par deux fois ce jour-là, Notre-Dame affirma que si nous faisions ce qu’elle demandait, le monde trouverait la paix ! Si nous voulons vraiment retrouver la paix, il convient donc de s’assurer que les demandes de Notre-Dame ont bien été satisfaites. Mais quelles sont ces demandes ?

Les termes employés dans la première phrase (« Si l’on fait ce que je vais vous dire ») indiquent des demandes faites après, à savoir : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. » Par contre, l’expression de la deuxième phrase (« Si l’on écoute mes demandes ») peut indiquer toute demande faite antérieurement. Or, juste avant de parler de la consécration de la Russie et des premiers samedis du mois, Notre-Dame a fait deux autres demandes : « Je veux (…) que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire pour obtenir la paix du monde » et « Sacrifiez-vous pour les pécheurs et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : "Ô Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie" ».

Lire la suite : Les demandes de Notre-Dame à Fatima

  • Affichages : 773

Lettre de liaison n° 35 (14 septembre 2016)

Chers amis,

Les vacances passées, nous voilà à nouveau devant les tristes réalités de la vie quotidienne et les légitimes angoisses que suscite la situation actuelle de notre pays. Beaucoup se démènent pour essayer de rétablir la situation et ramener la paix. Chacun y va de sa recette et il n’est guère d’organismes ou de communautés qui ne proposent quelque chose. Malheureusement, au milieu ce concert de propositions, sans doute très pertinentes sur le plan temporel, il est bien triste de constater qu’un remède est systématiquement oublié : celui donné par Notre-Dame à Fatima. Pourtant, nous savons qu’il est infaillible. Alors pourquoi le délaisser ?

Rappelons-nous ce qu’a dit l’Ange de la Paix lors de l’apparition de l’été 1916 : « De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. De cette manière, vous attirerez la paix sur votre patrie. »

L’année suivante, le 13 mai, lors de sa première apparition, la Sainte Vierge demanda : « Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde. » Outre que c’est la toute première demande de Notre-Dame, c’est aussi l’unique demande faite ce jour-là : elle a donc une importance particulière.

Notre-Dame la répétera presque mot pour mot deux mois plus tard, au cours de la troisième apparition, le 13 juillet 1917 : « Je veux (…) que vous  continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la paix du monde et la fin de la guerre, parce qu’elle seule [Notre-Dame du Rosaire] peut les obtenir. (…) Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix. »

Lire la suite : La paix dans le monde

  • Affichages : 1041

Lettre de liaison n°34 - 31 août 2016

Samedi prochain, 3 septembre : 1er samedi du mois

Chers amis,

Une question est souvent posée à propos des paroles prononcées par la Sainte Vierge à Fatima : quel crédit leur apporter ? Car outre ce que Notre-Dame a dit sur l’enfer (voir lettre de liaison n°33), certaines paroles de ses paroles sont pleines d’espérance mais aussi surprenantes :

- « Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre. » (13 mai et 13 juillet) (Voir lettres de liaison n°2 et n°31)
- «  Il [Jésus] veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. » (13 juin) (Voir lettres de liaison n°5 et n°29)
- « Pour l’empêcher [la guerre], je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. » (13 juillet) (Voir lettre de liaison n°17)

Ces paroles ont-elles été réellement prononcées par Notre-Dame en personne comme l’a toujours affirmé sœur Lucie ? Voici la réponse donnée par le Vatican dans le Commentaire théologique qui se trouve dans le dossier publié avec le troisième secret, le 26 juin 2000 (voir la fiche sur le dossier du Vatican) :

Lire la suite : Paroles de Notre-Dame ou inventions de sœur Lucie

  • Affichages : 1200

Lettre de liaison n° 33 (16 août 2016)


Chers amis,

Si l’apparition du 13 août 1917 est très extraordinaire, car ce fut en quelque sorte une "apparition sans voyants" (voir lettre de liaison n°8), celle du 19 août suivant a aussi un caractère très particulier : pour la troisième fois, Notre-Dame parla de l’enfer.

De nos jours, l'enfer est un sujet peu évoqué, voire occulté. Certains clercs vont même jusqu’à nier son existence ou déclarer que s’il existe, il est vide. Et il est probable qu’aborder un tel sujet dans cette lettre de liaison occasionnera une série de désabonnements. Pourtant, si on veut présenter honnêtement et complètement le message de Fatima, il est impossible de le passer sous silence. Car la Sainte Vierge n’en aurait pas parlé aux petits pastoureaux si c’était un sujet sans importance. Il est également difficile d’imaginer que Notre-Dame se soit trompée en parlant de l’enfer. Voici donc toutes les paroles prononcées par la Sainte Vierge à Fatima sur ce sujet :

Lire la suite : L'enfer dans le message de Fatima

  • Affichages : 1909

Lettre de liaison n° 32 - 31 juillet 2016

Samedi prochain, 6 août : 1er samedi du mois

Chers amis,

Une question revient parfois dans les échanges entre connaisseurs de Fatima : le chapelet fait-il ou non partie de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ? En effet, le 27 décembre 1957, sœur Lucie confia au père Fuentès : « Elle [la Sainte Vierge] a dit, aussi bien à mes cousins qu’à moi-même, que Dieu donnait les deux derniers remèdes au monde : le saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, et ceux-ci étant les deux derniers remèdes, cela signifie qu’il n’y en aura pas d’autres.  » L’expression de sœur Lucie, « deux remèdes : le Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie », semble bien indiquer que les deux dévotions sont distinctes et donc que le rosaire ne fait pas partie, à proprement parler, de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

Une objection similaire fut faite au cours d’une conférence donnée récemment dans le cadre du centenaire des apparitions de Fatima : la Sainte Vierge n’ayant demandé que la consécration de la Russie, peut-on dire que les consécrations individuelles font partie de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ?

Le père Alonso, un des meilleurs connaisseurs de Fatima à son époque, a répondu à cette objection :

Lire la suite : Les cinq pratiques de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 1557

Lettre de liaison n° 31 - 13 juillet 2016

Chers amis,

Le 13 juillet 1917, Notre-Dame répéta pour la troisième fois qu’il fallait réciter le chapelet tous les jours. Et elle le redira encore lors des trois apparitions suivantes. Ainsi, à chacune des six apparitions de 1917, Notre-Dame demanda (on pourrait presque dire réclama) la récitation quotidienne du chapelet.

  • 13 mai 1917 : « Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre ».
  • 13 juin 1917 : « Je veux (…) que vous disiez le chapelet tous les jours ».
  • 13 juillet 1917 : « Je veux (…) que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la paix du monde et la fin de la guerre ».
  • 19 août 1917 : « Je veux (…) que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours ».
  • 13 septembre 1917 : « Continuez à réciter le chapelet pour obtenir la fin de la guerre ».
  • 13 octobre 1917 : « Que l’on continue toujours à dire le chapelet tous les jours ».

Cette demande est la seule à avoir été faite systématiquement à chaque apparition : elle est donc particulièrement importante, car cette insistance n’est sûrement pas fortuite. En outre, à partir de la troisième apparition, la Sainte Vierge parlera à chaque fois de Notre-Dame du Rosaire :

Lire la suite : L'insistance sur la récitation du chapelet

  • Affichages : 1199

Lettre de liaison n° 30 - 28 juin 2016

Samedi prochain, 2 juillet : 1er samedi du mois

 
Chers amis,

Cette année, le mois de juillet sera plus particulièrement placé sous les auspices des Cœurs de Jésus et Marie, car le premier jour du mois sera à la fois la fête du Précieux Sang et le 1er vendredi du mois, et le second sera à la fois la fête de la Visitation et le 1er samedi du mois. Alors ne manquons pas d’offrir ce 1er  vendredi et ce 1er samedi du mois aux deux cœurs de Notre-Seigneur et de Notre-Dame.

À ce propos, il convient de revenir sur un point concernant la dévotion des premiers samedis du mois. Si les quatre conditions concrètes : confession, communion, chapelet et quart d’heure de méditation, sont bien connues, il est important de ne pas oublier la cinquième condition, à savoir de les accomplir pour réparer les péchés commis envers au Cœur Immaculé de Marie.

Lire la suite : L'esprit de réparation dans la dévotion au Cœur Immaculé de Marie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.