Lettre de liaison n° 18 - 27 décembre 2015

Samedi prochain, 2 janvier : 1er samedi du mois


Chers amis,

Avec les consécrations des 8 et 25 décembre, le nombre de personnes consacrées au Cœur Immaculé de Marie a légèrement augmenté (d’environ un millier). Mais il serait dommage d’en rester là : il nous faut continuer à promouvoir la consécration autour de nous, et non seulement la consécration des personnes, mais aussi celle des collectivités. Car par cette dernière, nous pouvons attirer des grâces sur toute une communauté, même si tous ses membres ne se sont pas consacrés personnellement à Notre-Dame. Par exemple, les évêques portugais ont consacré le Portugal en 1931 et 1938 ; le pape Pie XII a consacré le monde les 31 octobre et 8 décembre 1942.

Asnelles 356 N.D. des flots XVIIVoici un nouvel exemple. En 1944, les villages de Saint Côme de Fresné, Asnelles et Meuvaines, situés à quelques kilomètres d’Arromanches, un des cinq ports choisis par les alliés pour le débarquement, demandèrent avec insistance à leur curé de consacrer les trois villages à la Sainte Vierge. Le curé reporta sans cesse. L’avant-veille du débarquement, il finit par accepter de le faire. Les trois villages furent consacrés à la Vierge Marie au cours d’une cérémonie publique devant la statue du village d’Asnelles. Au matin du débarquement, une brigade anglaise débarqua sur les plages situées juste en face des villages qui furent libérés à midi. Malgré de rudes combats, aucun villageois ne fut touché. Une seule personne décéda : elle avait quitté son village une semaine avant la consécration ! (Nous tenons cette histoire directement d’un descendant d’une famille de ce village.)

En toute rigueur, il s’agit ici d’une consécration à Notre-Dame et non pas au Cœur Immaculé de Marie. Car à l’époque, le message de Fatima était encore peu connu. En effet, ce n’est qu’à partir de décembre 1927 que sœur Lucie, à la demande de son directeur de conscience, commença à révéler les premiers éléments du secret concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Mais l’esprit est bien le même.

Aujourd’hui, dans l’ambiance d’interdiction des crèches dans les mairies, on imagine mal les maires faisant consacrer leur commune au Cœur Immaculé de Marie. Mais rien ne nous empêche de demander à notre curé de consacrer notre paroisse. Une telle consécration est d’autant plus recommandée que la toute première demande du Ciel concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie fut justement pour demander la consécration d’une paroisse, celle de Notre-Dame des Victoires.

ND des VictoiresSituée en plein cœur de Paris, cette paroisse avait été ravagée par la Révolution : sur les 40 000 âmes qu’elle comprenait, 40 personnes seulement allaient à la messe le dimanche. En 1836, après 4 ans d’efforts pour redresser la situation, le curé de la paroisse, l’abbé Desgenettes, se désespérait du peu de résultats obtenus. Le 3 décembre, un premier samedi du mois, en disant sa messe, il entendit plusieurs fois une voix intérieure lui dire : « Consacre ta paroisse au Cœur Immaculé de Marie ». D’abord surpris, il ne voulut pas croire à la réalité de la chose. Mais après réflexion, il décida de passer à l’acte, se disant que si cela ne faisait pas de bien, cela ne pouvait faire aucun mal. De retour chez lui, il composa les statuts d'une association du Saint et Immaculé Cœur de Marie pour la conversion des pécheurs. Les membres de cette association s’engageaient à assister à la messe et à prier pour la conversion de pécheurs chaque 1er samedi du mois.
Craignant cependant d’avoir été victime d’une illusion, il demanda à la Sainte Vierge de bien vouloir lui donner un signe qu'elle était bien à l’origine de cette inspiration et acceptait cette association. Le samedi suivant, l’évêque de Paris, Monseigneur de Quelen, en approuva les statuts et donna son accord pour commencer dès le lendemain les exercices de piété proposés. Ce jour-là, l’abbé Desgenettes annonça en chaire aux dix fidèles qui assistaient à la grand-messe que le soir il célébrerait un office de dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Dès cet instant, une pluie de grâces commença à inonder la paroisse. À la fin de la messe, deux pères de famille demandèrent à se confesser. Le soir, entre 400 et 500 personnes assistèrent à l’office annoncé le matin. Jamais, l’abbé Desgenettes n’avait vu une telle affluence dans l'église.

Ce premier événement fut suivi par une série ininterrompue de signes. Le lendemain, l’abbé Desgenettes rendit visite à M. de Joly, dernier garde des Sceaux de Louis XVI, qui était à l’article de la mort et refusait catégoriquement le secours des sacrements. Ce jour-là, il accepta de recevoir son curé. Et après quelques instants de conversation, il demanda à se confesser et mourut saintement quatre mois plus tard.
Quelques jours après, le 12 janvier 1837, l’abbé Desgenettes procéda à l’ouverture des registres de l’association. Dix jours plus tard, il y avait 214 inscrits. L’année suivante, l’association fut érigée par Grégoire XVI en archiconfrérie universelle. Cinq ans après sa création, elle comptait deux millions de membres et mille neuf cents paroisses affiliées. Et en 1848, Notre-Dame des Victoires était l’église la plus fréquentée de Paris. Depuis, nombreux sont ceux qui y obtinrent des grâces : Alphonse de Ratisbonne, le père Libermann qui y découvrit sa vocation et y dit sa première messe, Dom Bosco, sainte Thérèse de Lisieux, ...

Que l’exemple de Notre-Dame des Victoires nous incite à demander à notre curé de consacrer ou de renouveler la consécration de notre paroisse au Cœur Immaculé de Marie. Peut-être certains objecteront-ils qu’en France, notamment depuis le vœu de Louis XIII, de nombreuses paroisses sont déjà consacrées à Notre-Dame. Nous leur ferons remarquer que c’était le cas de Notre-Dame des Victoires. Pourtant, pour la redresser, le Ciel demanda à l’abbé Desgenettes de consacrer la paroisse au Cœur Immaculé de Marie. Il n’hésita pas à le faire et l’on a vu les heureux résultats de sa prompte obéissance. Alors, en plus des consécrations individuelles, œuvrons pour que toutes les paroisses de France se consacrent au Cœur Immaculé de Marie d’ici octobre 2017. Objectif peut-être irréalisable à vue humaine, mais si déjà tous ceux qui se sont consacrés les 8 et 25 décembre derniers obtenaient que leur paroisse soit consacrée au Cœur Immaculé de Marie, ce serait déjà un beau résultat.

Enfin, samedi prochain, n’oublions pas de prier pour la conversion des pécheurs. Le 13 juillet 1917, pour nous accorder la paix et la conversion des pécheurs, Notre-Dame a demandé la consécration à son Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Or le samedi qui vient sera le premier des premiers samedis du mois de l’année de la Miséricorde. Alors ce jour-là, allons communier pour essayer de sauver un pécheur. Nous ne connaîtrons sans doute jamais son nom ici-bas. Mais peut-être qu’un jour, lorsque (souhaitons-le) nous arriverons au Ciel, nous serons accueillis par une âme nous disant : Notre-Dame m’a accordé telle grâce à cause de la communion que vous avez faite tel jour.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.
Yves de Lassus
Président de Cap Fatima 2017

Petite chronique du projet

Pour illustrer tous les bienfaits de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, il est prévu de mettre sur le site d’une part la liste des paroisses et diocèses de France consacrés au Cœur Immaculé de Marie, d’autres part l’histoire de ceux qui ont reçu une grâce particulière suite à une telle consécration.
Pour cela, vous êtes invités à nous communiquer (à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) tous les éléments en votre possession, notamment la date des consécrations que vous connaissez avec si possible des pièces justificatives. Ces éléments seront publiés dans les pages du site qui vont être créées à cet effet.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.