Fatima 100

Témoignages sur la nuit du 25 au 26 janvier 1938

Témoignage n°14
Tiré du numéro de Marchons ! de septembre-octobre 2017, page 10
De cette lumière, j'ai été témoin moi-même et son souvenir en est inoubliable. J'avais 13 ans. C'était un soir avant d'aller dormir, le 25 janvier 1938, comme nous sortions en groupe de l'église paroissiale. Nous pensions que c'était un grand feu de forêt et nous avons cheminé un moment dans sa direction. Mais non, c'était beaucoup plus loin et nous avons rebroussé chemin. Le lendemain, tous les journaux d'Europe en ont fait mention, sans trop savoir de quoi il s'agissait, une "aurore boréale spéciale", qu'ils disaient...

Témoignage n°13
De la part de M. Olive : Ma maman de 83 ans originaire d'Arques (Pas de Calais) m'a raconté que ma grand mère et mon grand père avaient vu et eu très peur de cette aurore boréale orangée de la nuit du 25/26 Janvier 1938. Ce fut pour eux un mauvais présage qui se vérifia par la suite.

Témoignage n°12
De la part de M. JP Artur : Pour l'embrasement du ciel, mes beaux-parents se souvenaient très bien de l'évènement en 1939 et me l'ont souvent raconté. Ils étaient à Meknes au Maroc.

Témoignage n° 11

Témoignage recueilli auprès de Geneviève des Pallières, Madame Ghislain de Jenlis, « Quintefeuille », 9 avenue du débarquement 14960 Asnelles.
Madame de Jenlis est née en 1930. Voici son témoignage :

Nous habitions à 10 km de Saint-Lô, dans la Manche, à cheval sur les communes de Pont Hébert et Amigny. 
Un soir, nous étions dans la maison, mon père nous appelle et nous dit : « Venez voir, je vais vous montrer ce qu’est une aurore boréale. »
Il commençait à faire sombre. Nous sommes descendus du perron.
J’ai vu ce nuage un peu orange, rosé, un peu rond. Oui c’était assez rond, comme une grosse houppe à poudre. C’était très spécial. Je ne me souviens plus si c’était plus orangé que rosé ou plus rosé qu’orangé ?
Ce nuage avait une direction mais on ne le voyait pas avancer. Quand on a commencé à regarder il était au coin de la maison. Il venait de l’est et il est passé côté ouest. Quand nous sommes rentrés, il était tard, nous l’avons vu décalé. Il avait une trajectoire très lente vers l’ouest.
Nous avons pris ce nuage pour ce que Papa nous disait pour une aurore boréale. Nous n’en avons plus jamais parlé.
Un jour, beaucoup plus tard, j’ai entendu parler de Fatima et d’ « un signe qui passerait partout où la guerre passerait ». Cela m’a fait souvenir de cet épisode du nuage avec Papa.
Plus tard encore, j’ai pu voir une aurore boréale et je me suis aperçue que cela n’avait rien à voir avec ce que mon père nous avait montré. Dans une aurore boréale il y a de grandes traînées vertes, rien à voir avec ce nuage rond et orangé. Cette découverte m’a intriguée et j’ai alors fait le lien entre ce que nous avions vu en famille et le signe annoncé à Fatima.
Asnelles, mardi 30 janvier 2018

Témoignage n° 10 : De la part de Mme Clotilde de Q.

Lille le 30 décembre 2017

 Je soussignée Clotilde de Q. déclare avoir été témoin à la fin janvier 1938 d’un phénomène insolite : La nuit noire a été faiblement éclairée par ce qui ressemblait (m’a-t-on dit) à une aurore boréale.
Des lueurs rouges balayaient le ciel, ce que nous n’avions jamais vu avant cette date de fin janvier 1938.

Témoins avec moi, ma mère, ma sœur, mes frères aînés, collégiens. J’avais 12 ans et me souviens parfaitement bien de ce ciel rouge. Nous habitions à la campagne, à 2 km du village de Cassel (Nord de la France).

Clotilde de Q.
 

Témoignage n° 9 : Du père de Mme T
 
"Désolé, en janvier 38 j'avais tout juste 4 ans, on me mettait au lit de bonne heure et les rideaux étaient soigneusement tirés !
"J'ai, bien des années plus tard (au moins 20), eu connaissance de cette aurore boréale qui embrasait (de couleur rouge me semblait-il) une large partie du ciel.
Les parents de Claire m'en ont fait un récit sommaire ; ils y voyaient une concordance entre les Pays l'ayant vue et ceux là même qui, quelques mois plus tard, rentreront en guerre : Russie, Allemagne mais surtout Pologne et France  ... les autres  .. je ne m'en souviens pas.
 

Témoignage n° 8 : De M. Dominique C. à propos de sa mère.

Elle est née le 6 novembre 1914. A l'époque, le mardi 25 janvier 1938, elle travaillait comme clerc de Notaire chez Maître Trouvé [(le prédécesseur de Maître Fillon, arrivé à CF en 1958, le Père de François Fillon, c'était à Cérans-Foulletourte (Sarthe)]
Donc en sortant de l'étude sans doute vers 18h/19h, elle a vu comme un ciel embrasé, très rougeâtre et m'a toujours raconté ce phénomène. Ultérieurement lorsqu'on a davantage parlé des événements de Fatima, elle n'a eu aucun mal à relier ce phénomène aux révélations de Notre Dame, sans doute au moment du cinquantenaire.
 

Témoignage n° 7 : De la part de M. K.

Je ne puis que rapporter de façon très imprécises le souvenir de ce que ma mère âgée (juin 1913-juin 1992), qui rapportait parfois ses souvenirs de la première et surtout de la deuxième guerre mondiale, m'avait dit à quelques reprises lorsque je devais avoir aux alentours de mes dix ans ....
Elle m'a parlé de cette lumière étrange qu'elle avait pu observer avec d'autres voisins dans la région de Nimy (Mons) en Hainaut (Belgique) où elle vivait, encore célibataire, à ce moment-là.
Elle parlait d'une nuit de février 1938 (voyez la petite imprécision), avant le déclenchement de la deuxième guerre mondiale. Elle et des voisins étaient même sortis observer le phénomène dehors (ils ont dû se rassembler, s'interrogeant sur cette  lumière totalement inhabituelle).
C'est le souvenir imprécis j'en conviens, mais qui m'a toujours frappé.
 

Témoignage n° 6 : De la part de M. Marc L.

Sur la lumière exceptionnelle de la nuit de 1938, je n’ai, bien sûr, pas de souvenirs, étant né en 1959, mais le témoignage indirect d’un grand oncle, décédé en 1952, qui était postier ambulant (effectuant le tri nocturne du courrier à bord des trains, pour permettre sa distribution dès le lendemain matin à l’arrivée en gare des trains de nuit) sur la ligne SNCF Paris-Bretagne. Il avait rapporté le souvenir, présent encore dans ma famille, d’une nuit de 1938 où la lumière naturelle extérieure avait été telle que le tri du courrier dans la voiture de chemin de fer s’était fait sans nécessiter l’éclairage électrique.
 

Témoignage n° 5 : De la part de M. Pierre L.

J'ai une sœur qui a 89 ans, bientôt 90 d'ailleurs puisqu'elle est de Mars et qui se souvient de cette lueur sur toute la rade de Cherbourg, elle avait dix ans et se trouvait chez une tante dont la maison surplombe la rade, avec une cousine de son âge et elles en avaient encore parlé, voilà seulement quatre ou cinq ans, la cousine est décédée en 2016. Les teintes "offertes " par le Ciel étaient vertes,oranges avec du rouge très prononcé.
 

Témoignage n° 4 : De la part de Mme Marie-Françoise G.

Je suis née en 1947, donc je n'ai pas vu la soi-disant aurore boréale de janvier 38, mais mes parents et mes grands-parents eux l'ont bien vue.
Ils habitaient dans la région de Cholet (Maine et Loire). Ils m'en ont souvent parlé.
Le ciel était rouge, et maman me disait que cela ressemblait à des traînées de sang. Mais je ne sait plus combien de temps cela a duré.
Eux ont compris tout de suite le sens du message et ils se sont préparés à la guerre.

Témoignage n° 3 : De la part de Mme Jeanne G.

Ma grand-mère m'a parlé de cet embrasement, auquel sa famille et elle-même ont assisté je crois ; elle était alors adolescente (elle est née en 1924), et vivait dans un petit village de l'Isère.
Je sais également qu'elle et son époux étaient par la suite très attachés à Fatima.

 
Témoignage n° 2 : De la part de Mme E.

Je prends 69 ans début Novembre je n ai donc pas connu "l aurore boréale de 1938" mais j en ai entendu parler et beaucoup
Ma mère qui était athée au maximum répétait sans cesse que si nous voyons des lumières dansantes dans le ciel c était signe de malheur, de guerre. Il était anormal d avoir dès aurores boréales sous nos latitudes.

 
Témoignage n° 1 : De la part de M. André M.

Je me souviens avoir entendu dure à un certain moment que le ciel était "en feu"... en Espagne. C'était pendant la dernière guerre, en 1941, 42 ou 43. J'avais entre 6 e 8 ans. Est-ce que cela se rapportait à 1938,avec un décalage et une distorsion du temps...?
J'étais en Algérie, je ne me souviens pas qui me l'avait dit, mais cela devait être un enfant plus âgé que moi. Cela m'avait fait très peur, car on était en pleine guerre, je pensais à du feu dans le ciel...La personne qui m'en avait parlé évoquait-elle d'une manière détournée 1938 ?

Cap Fatima 2017 - Site : www.fatima100.fr - e-mail : contact@fatima100.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.