Lettre de liaison n° 25 - 14 avril 2016

Chers amis,

Nous fêtons ces jours-ci le centième anniversaire de la première apparition au cours de laquelle l'Ange de la Paix a parlé aux petits pastoureaux. La date de cette apparition n'est pas connue avec exactitude, car les petits voyants n'en ont pas parlé tout de suite et il n'y avait aucun témoin. Dans son 4e mémoire, sœur Lucie explique :

Je ne peux préciser les dates avec exactitude, car à cette époque, je ne savais pas encore compter les années, ni même les mois, ni même les jours de la semaine. Il me semble malgré tout que ce devait être au printemps de 1916 que l'Ange nous apparut la première fois à notre Loca du Cabeço

Lucie rapporte l'événement de façon pratiquement identique dans les 2e et 4e mémoires. Voici la version du 4e mémoire qui est un peu plus complète :

Ce jour-là, nous étions montés sur le versant à la recherche d'un abri, et après avoir goûté et prié, nous avons commencé à voir à quelque distance, au-dessus des arbres qui s'étendaient vers l'est, une lumière plus blanche que la neige, ayant la forme d'un jeune homme, lumière transparente, plus brillante qu'un cristal traversé par les rayons du soleil. À mesure que l'apparition s'approchait, nous pouvions mieux distinguer ses traits. [Dans le 2e mémoire, Lucie précise qu'elle avait l'apparence d'un jeune homme de 14 ou 15 ans] Nous étions surpris et à demi absorbés. Nous ne disions mot.
En arrivant près de nous, l'Ange nous dit : « N'ayez pas peur. Je suis l'Ange de la Paix. Priez avec moi. » Et s'agenouillant à terre, il baissa le front jusqu'au sol. Poussés par un mouvement surnaturel, nous l'imitâmes et nous répétâmes les paroles que nous lui entendions prononcer : « Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. »
Après avoir répété cette prière trois fois, il se releva et nous dit : « Priez ainsi. Les Cœurs de Jésus et de Marie sont attentifs à la voix de vos supplications. » Et il disparut.

Voilà donc les toutes premières paroles du Ciel dans cette histoire de Fatima. On ne saurait trop les méditer tant elles sont riches d'enseignement.

L'Ange de la Paix

« Ne craignez pas. Je suis l'Ange de la Paix. » Il y a dans cette première phrase une résonance toute évangélique. En effet, la présence d'un ange saisit toujours les témoins de stupeur. Comme à Zacharie dans le temple de Jérusalem (Luc I, 13), à la Sainte Vierge dans la maison de Nazareth (Luc I, 30), aux bergers de Bethléem (Luc II, 10) ou aux femmes venues au tombeau (Mat XXVIII, 5 ; Mc XVI, 6), l'Ange commence par dire : « Ne craignez pas ».
De plus, ici, il donne son nom : « Je suis l'Ange de la Paix ». Dans notre monde actuellement si tourmenté par les guerres et les troubles de toutes sortes, Dieu nous a envoyé l'Ange de la Paix pour nous enseigner. Ne convient-il pas plus que jamais de suivre les recommandations qu'il nous a données il y a maintenant cent ans ?
Et que demande-t-il ? « Priez avec moi ». Il réitérera sa demande juste avant de disparaître en disant : « Priez ainsi ». Un envoyé de Dieu est venu non seulement pour nous enseigner à prier, mais aussi pour prier "avec" nous. Or, nous dit l'Évangile, les Anges voient constamment la face de Dieu (Mat XVIII, 10). Est-il possible d'avoir maître plus autorisé pour nous enseigner à prier ? Sa brève apparition nous instruit sur plusieurs points : l'attitude convenable pour prier, la prière elle-même, les fruits de cette prière et à qui l'adresser.

L'attitude de l'Ange

Comment prie l'Ange ? « S'agenouillant à terre, il baissa le front jusqu'au sol ». Il y a là un enseignement d'une grande importance : tout Ange qu'il est, malgré sa perfection, pour prier il n'hésite pas non seulement à s'agenouiller, mais aussi à baisser le front jusqu'à terre. Quelle humilité alors qu'il « était de lumière » selon l'expression employée par Lucie en réponse à une question du Chanoine Barthas ! La première qualité de la prière est l'humilité. Nous le voyons parfaitement dans la parabole du pharisien et du publicain. L'Ange vient nous rappeler que, même pour un être aussi parfait qu'un ange, devant la majesté de Dieu, il convient d'adopter une attitude empreinte de la plus grande humilité en s'agenouillant puis en s'inclinant le front jusqu'au sol ! Dès ce moment, les petits pastoureaux l'imiteront. Lucie précise dans son 2ème mémoire : « Depuis lors, nous restions longtemps prosternés répétant ces prières parfois jusqu'à en tomber de fatigue ».

La prière enseignée par l'Ange

Quelle prière enseigne-t-il ? Une prière pour demander pardon pour tous les péchés commis par les hommes. Nous avons déjà dit comment cette prière constituait un point essentiel du message de Fatima (voir lettre de liaison n° 3). Nous y reviendrons plus en détail dans une prochaine lettre, tant ce point est important.

À qui s'adresse cette prière ?

L'Ange indique ensuite à qui doit être adressée cette prière : aux deux cœurs unis de Jésus et de Marie. Là encore, voilà rappelée une profonde vérité : les cœurs de Jésus et Maris sont inséparables. Déjà saint Jean Eudes avait souligné ce point et d'autres prédicateurs à sa suite. Ici c'est l'Ange de la Paix lui-même qui nous le dit.

Les fruits de cette prière

Si nous prions ainsi, dit l'Ange, Jésus et Marie « seront attentifs à la voix de nos supplications ». Quelle merveilleuse promesse ! Dès lors, ne convient-il pas d'imiter l'Ange dans tout ce qu'il a fait et dit, comme l'ont spontanément fait Lucie, François et Jacinthe ? Si nous prions comme l'Ange le leur a appris, alors Jésus et Marie seront attentifs à toutes nos préoccupations, à nos inquiétudes sur l'avenir du monde en général et de notre pays en particulier, à nos craintes sur les menaces pesant sur notre famille, nos enfants, etc.
Alors pour être délivré de tous ces tourments, pour que la paix revienne dans le monde et dans notre pays, prions comme l'Ange l'a appris à Lucie, François et Jacinthe : à genoux, le front à terre en répétant trois fois cette courte prière.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.
Yves de Lassus
Président de Cap Fatima 2017

Informations diverses

Le site subit actuellement plusieurs modifications destinées à le rendre plus clair et plus lisible. Désormais, tout ce qui concerne les cinq points de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie est rassemblé dans un menu situé en haut à droite de chaque page du site. Pour chacun de ces points, divers onglets permettent d'accéder aux différents éléments les concernant. Par exemple :

  • Pour le chapelet quotidien : de courtes méditations pour vous aider à méditer sur les différents mystères, divers lieux où est récité un rosaire pour la France, ...
  • Pour les premiers samedis du mois : des méditations plus longues pour vous aider à méditer 15 minutes comme demandé par Notre-Dame, divers lieux où il est possible d'avoir une messe en esprit de réparation le 1er samedi du mois, ...
  • Pour la consécration au Cœur Immaculé de Marie : le dossier de préparation, diverses prières de consécration, le formulaire d'inscription, ...

Sous ce premier menu, un autre menu rassemble les éléments destinés à approfondir notre connaissance du message de Fatima et de son histoire.
Enfin sur la gauche, un troisième menu rassemble les informations générales sur le projet : son origine, comment le soutenir, un formulaire de contact, la liste des lettres de liaison avec les thèmes abordés, ...
Dans ce menu, un nouvel onglet vient d'être ajouté pour y rassembler toutes informations qui nous serons communiquées sur les différents pèlerinages organisés en 2017. Si vous disposez d'informations sur ces pèlerinages, qu'ils soient paroissiaux, diocésains, organisés par des communautés, ... n'hésitez pas à nous les communiquer afin de permettre au plus grand nombre d'aller à Fatima pour le centenaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.