Lettre de liaison n° 16 - 28 novembre 2015

 

Chers amis,

La situation de notre pays devient chaque jour de plus en plus préoccupante et nombreux sont ceux qui voient l’avenir sous un jour très sombre. Pourtant un tel avenir n’est nullement inéluctable. Car il existe un moyen simple d’éloigner ces tristes perspectives, moyen que le Ciel nous a donné il y a bientôt cent ans, moyen qui de plus a déjà prouvé son efficacité.

En effet, après le signe dans le ciel de la nuit du 26 au 27 janvier 1938, sœur Lucie comprit que la guerre annoncée par Notre-Dame dans son message du 13 juillet 1917 était proche. À plusieurs reprises, elle en informa l’évêque de Leiria, Monseigneur da Silva. En particulier, le 6 février 1939, soit sept mois avant la déclaration de guerre officielle, elle lui écrivit pour lui annoncer l’imminence de la guerre. Et elle ajouta un point capital : elle lui annonça que le Portugal serait épargné à cause de la consécration nationale faite par les évêques au Cœur Immaculée de Marie. En effet, le 13 mai 1931, tous les évêques portugais avaient consacré le Portugal au Cœur Immaculé de Marie, consécration qu’ils renouvelèrent le 13 mai 1938.

La prévision de sœur Lucie se réalisa à la lettre : aucun soldat portugais ne participa aux hostilités et aucune armée étrangère n’occupa même temporairement le Portugal. Alors que l’Europe entière subit cinq années d’une guerre effroyable, seul le Portugal resta en paix.
Après la guerre, plusieurs prélats reconnurent les faits. Le patriarche de Lisbonne, le cardinal Cerejeira, en parla le 30 mai 1948 au congrès marial de Madrid, devant 800 000 personnes :

J’ai vu la lettre dans laquelle sept mois avant la guerre, cette guerre « horrible, horrible » qui couvrit de sang la terre et la mer, était annoncée comme imminente, mais où il était promis que le Portugal serait épargné par ces horreurs à cause de la consécration que ses évêques en avaient faite au Cœur Immaculé de Marie. (Ch. Barthas, Fatima, merveille du XXe siècle, p. 343)

Le 13 mai 1956, 25ème anniversaire de la première consécration du Portugal, le cardinal en parla de nouveau aux 600 000 pèlerins qui se trouvaient à Fatima ce jour-là, dont Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII :

Il est temps de le déclarer publiquement, c’est grâce à cette consécration, sans minimiser les efforts de nos gouvernants qui furent des instruments de la Providence, que, dans le monde en flammes, le Portugal a pu rester en paix. Six à sept mois avant la date du 1er septembre 1939, premier jour de la conflagration, l’évêque de Leiria m’envoya une lettre de la voyante, sœur Lucie, où il était affirmé que la guerre prédite par Notre-Dame était sur le point d’éclater, que Dieu allait laver les nations dans leur propre sang (...), mais que le Portugal serait préservé de cette guerre par la protection de la Sainte Vierge. (Toute la vérité sur Fatima, t. IV, p. 82)

Quelques années plus tard, le 11 février 1967, au cours d’une conférence de presse donnée à l’académie pontificale mariale de Rome, le cardinal Ottaviani, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi en parla également :

L’imminence de cette guerre avec sa violence et son extension fut communiquée à l’évêque de Leiria sept mois avant son commencement. En effet, j’ai eu en main la lettre du 6 février 1939 où la voyante disait imminente (elle a écrit éminente) « la guerre prédite par Notre-Dame », et promettait la protection de Notre-Dame sur le Portugal « grâce à la consécration à son Cœur Immaculé faite par l’épiscopat portugais ». (Documentation catholique du 19 mars 1967, col. 552)

Comprenons-nous toute l’importance de ces déclarations du cardinal Cerejeira et du cardinal Ottaviani ? Sept mois avant la guerre, sœur Lucie prédit que tout l’Europe allait subir une guerre terrible, mais que, grâce à la consécration au Cœur Immaculé de Marie faite par son épiscopat, le Portugal serait épargné. Cette consécration a donc un pouvoir extraordinaire. Or ce qui a été vrai pour le Portugal peut l’être pour la France. Aussi peut-on affirmer sans craindre de se tromper :

Si tous les évêques français consacraient la France

au Cœur Immaculé de Marie,

Notre-Dame écarterait les menaces pesant sur son avenir.

Obtenir que tous les évêques de France se réunissent et consacrent la France au Cœur Immaculé de Marie est sûrement une entreprise difficile. Mais, depuis le début du mois, nous avons proposé que chacun de nous se consacre individuellement au Cœur Immaculé de Marie.
Actuellement, environ 500 personnes se sont déjà inscrites, soit pour une consécration le 8 décembre, soit pour une consécration le 25 décembre. Et d’ici le 13 octobre 2017, nous allons proposer une vingtaine d’autres dates, afin que le plus grand nombre réponde à la demande de notre Mère du Ciel. (Voir la fiche sur la consécration au Cœur Immaculé de Marie)

Avec la grâce de Dieu, ces consécrations peuvent conduire à la consécration des paroisses. Ces dernières peuvent elles-mêmes conduire à la consécration des diocèses, lesquelles peuvent conduire à la consécration de la France par tous les évêques, comme Louis XIII consacra la France à Notre-Dame le 10 février 1638.
Nous avons un peu moins de deux ans pour réaliser ce projet et l’offrir à Notre-Dame pour le centenaire des apparitions de Fatima. Il ne faut donc pas traîner. Aussi, dès aujourd’hui, engageons-nous à nous consacrer ou renouveler notre consécration personnelle au Cœur Immaculé de Marie et mettons en place dès que possible les actions pour la consécration de notre paroisse (ou son renouvellement).

Chronique du projet

Depuis une quinzaine de jours, le site du centenaire a rencontré quelques soucis (acte de piratage ?) et n’a pas toujours été accessible. Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser et de nous signaler si vous constatez encore des disfonctionnements.

Une version anglaise du site est désormais disponible. N’hésitez pas à le faire savoir à vos amis anglophones. Et pour soulager le travail des bénévoles qui ont commencé à traduire les textes, il nous faudrait deux ou trois volontaires de plus pour traduire l’équivalent de deux pages A4 chaque mois.

Image recto

Image versoDes images du centenaire sont également disponibles. C’est un bon moyen pour faire connaître le projet autour de vous. Vous pouvez en demander autant que vous voulez. Adressez vos demandes à : Cap Fatima 2017, 1518 a venue du Commandant Houot, 83130 La Garde, avec si possible une participation aux frais d’impression et d’envoi. Précisez petit (55 x 85) ou grand (80 x 120) format. À titre indicatif, l’envoi d’une centaine d’images revient à environ 12 €.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Yves de Lassus
Président de Cap Fatima 2017

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.