• Affichages : 1202

 

Été 1916 : « Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices. (…) De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. »

 

Les sacrifices pour la conversion des pécheurs


Lors de l’apparition de l’été 1916, après avoir dit aux petits pastoureaux : « Que faites-vous ? Priez, priez beaucoup ! Les Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde », l’Ange continua : « Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices. »

Lucie répliqua : « Comment devons-nous faire des sacrifices ? » L’Ange lui répondit : « De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. »

 Déjà au printemps précédent, l’Ange avait appris aux trois petits bergers une prière pour demander pardon pour les offenses des pécheurs : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. »
Et à l’automne suivant, il leur enseignera une autre prière se terminant par la demande suivante : « Par les mérites infinis de son très Saint Cœur [le Cœur de Jésus] et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs. »
Ainsi, à chacune de ses trois apparitions de 1916, l’Ange confia aux petits voyants l’urgente nécessité de prier et de faire des sacrifices pour la conversion des pécheurs.

L’année suivante, Notre-Dame confirma elle-même l’importance de ce point. Le 13 mai, lors de sa première apparition, avant même de demander aux petits voyants de réciter le chapelet tous les jours, elle leur fit une demande reprenant pratiquement mot pour mot celle de l’Ange : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ? » Ainsi, à un an d’intervalle, l’Ange et Notre-Dame utilisèrent exactement la même expression : « ... em acto de reparaçao pelos pecados com que Ele é ofendido, e de suplica pela conversao dos pecadores. »

Et deux mois plus tard, le 13 juillet, avant même de leur confier le secret, Notre-Dame leur demandera à nouveau : « Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : "Ô Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie". »
Ainsi, avant la révélation du grand secret du 13 juillet 1917 contenant les demandes de la consécration de la Russie et de la communion réparatrice des premiers samedis du mois, par cinq fois les petits pastoureaux auront reçu la demande de prier et de faire des sacrifices pour la conversion de pécheurs.

Puis, après leur avoir confié le secret, Notre-Dame reviendra encore une fois sur le sujet en disant : « Quand vous réciterez le chapelet, dites après chaque mystère : "Ô mon Jésus, pardonnez-nous. Préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin". »

Il faudra attendre plusieurs années avant que Notre-Dame vienne effectivement confirmer les demandes du secret : elle demandera tout d’abord la communion réparatrice des premiers samedis du mois en 1925, puis la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé en 1929. Ainsi, pendant huit ans, outre la récitation quotidienne du rosaire demandée à chaque apparition en 1917, l’unique demande de Notre-Dame aura été de prier et de faire des sacrifices pour la conversion des pécheurs. Aussi, ce point passe-t-il avant tous les autres puisque la Sainte Vierge a attendu près de dix ans pour venir demander ces derniers. Voilà pourquoi l’Ange le leur annonça trois fois en cette année 1916 : afin de savoir par avance l’importance de ce que Notre-Dame allait leur confier.

De plus, ont été précisés non seulement les sacrifices à faire, mais aussi les prières à réciter. Ces prières sont au nombre de quatre et pour différents moments de la journée :

  • la première prière de l’Ange comme oraison ;
  • la première prière de Notre-Dame à réciter plus spécialement au moment d’offrir un sacrifice ;
  • la deuxième prière de Notre-Dame à réciter après chaque dizaine de chapelet ;
  • la deuxième prière de l’Ange à réciter après une communion.

Si nous ne devions retenir qu’une seule chose du message de Fatima, ce serait l’importance et l’urgente nécessité de prier et d’offrir les sacrifices de la vie quotidienne pour obtenir la conversion des pécheurs et réparer les outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie. Plus tard, Notre-Seigneur précisera les sacrifices demandés.

Sœur Lucie a toujours affirmé que les sacrifices pour la conversion des pécheurs constituaient le point le plus important du message de Fatima. Au père Thomas McGlynn, un dominicain américain qui voulait sculpter une statue de Notre-Dame de Fatima et lui demandait en quoi consistait son message, elle répondit : « La conversion des pécheurs, et le retour des âmes à Dieu. Cette idée a été répétée dans toutes les apparitions ; c’est pourquoi je considère que c’est l’essentiel du message ».
En toute rigueur, la Sainte Vierge n’a abordé ce thème que dans trois apparitions, la première, la troisième et la quatrième. Mais, il a également été abordé dans les trois apparitions de l’Ange en 1916, soit en tout six apparitions sur neuf.

De même, le 12 août 1946, à des questions posées par John Haffert, un des fondateurs de l’Armée bleue (mouvement fondé aux États-Unis pour répandre la dévotion à Notre-Dame de Fatima), sœur Lucie répondit de la façon suivante :

— Quelle est la principale demande de Notre-Dame ?
— Le sacrifice.
— Et qu’entendez-vous par sacrifice ?
— Par sacrifice, Notre-Dame a dit qu’elle entendait l’accomplissement loyal du devoir d’état quotidien de chacun.
— Mais le Rosaire n’est-il pas important ?
— Si, car nous devons prier afin d’obtenir les forces pour être capables d’accomplir notre devoir quotidien.

Ainsi, le point fondamental du message de Fatima est ordonné au salut des pécheurs et se trouve dans les quatre prières enseignées aux petits voyants : la première prière de l’Ange est pour réparer les offenses commises par les pécheurs ; la deuxième se termine en demandant la conversion des pécheurs ; et les deux prières enseignées par Notre-Dame ont également pour but d’obtenir la conversion des pécheurs.
C’est toute l’économie divine du salut qui est contenue dans ces prières. Car Dieu s’est incarné pour sauver les pécheurs et le Christ a souffert pour sauver les pécheurs. Le message de Fatima est donc parfaitement conforme à l’enseignement de l’Évangile.

Cette pratique a de plus une faculté inestimable. En effet, à celui qui embrasse la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame « promet le salut ». Or, les sacrifices pour la conversion des pécheurs en sont la principale pratique. En conséquence, à tous ceux qui feront de tels sacrifices, la Sainte Vierge promet le salut.
En cela, Notre-Dame n’a d’ailleurs fait que confirmer un enseignement constant de l’Église. Car, dans l’épilogue de l’Épître de saint Jacques (V, 19-20) que l’on lit à la messe des rogations de l’Ascension, l’apôtre nous dit : « Celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’égarait sauvera son âme de la mort et fera disparaître une multitude de péchés. »

Alors prenons la résolution d’offrir désormais, chaque fois que possible, les sacrifices de notre vie quotidienne en réparation des péchés par lesquels Dieu est offensé, et pour la conversion des pécheurs. Et si nous n’arrivons pas à y penser dans la journée, pensons à les offrir pendant notre prière du soir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.