• Affichages : 1179

Mon Père, ma Sœur,
     Madame, Mademoiselle, Monsieur,
     Chers amis,

    Voici la méditation pour le 11e jour de la préparation à la consécration au Cœur Immaculé de Marie du {list:name}.
    Aujourd'hui, nous consacrerons plus spécialement au Cœur Immaculé de Marie :

nos frères, sœurs, cousins et cousines.

   Pour ceux qui n'auraient pas reçu certaines méditations, vous pouvez retrouver toutes les méditations publiées depuis le début de la préparation sur la page "Méditations" en cliquant ICI.​
       
          En union de prière.
          Yves de Lassus

11e jour 

Automne 1916 : « Par les mérites infinis de son très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs. »


Les deux cœurs de Jésus et Marie


L’union des deux cœurs de Jésus et Marie

L’Ange achève sa deuxième prière en mentionnant les deux cœurs de Jésus et Marie. Déjà lors de l’apparition du printemps, il avait dit « Les Cœurs de Jésus et de Marie sont attentifs à la voix de vos supplications. » Puis au cours de celle de l’été, il avait dit : « Les Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde. » Ainsi, à chacune de ses trois apparitions, en particulier dans les deux prières qu’il aura apprises aux petits voyants, il aura associé les cœurs de Jésus et de Marie. C’est donc que, pour lui, ces deux cœurs sont toujours unis.

Cette dévotion aux deux cœurs de Jésus et Marie est ancienne dans l’Église. Un des grands apôtres de cette dévotion fut saint Jean Eudes (1601 – 1680) qui fut béatifié par saint Pie X en 1909. Aussi, les deux prières de l’Ange sont-elles non seulement traditionnelles mais constituent en quelque sorte une confirmation de l’acte de saint Pie X.

Le Cœur Immaculé de Marie

Toutefois, il est encore plus extraordinaire de voir que dans sa deuxième prière, l’Ange parle explicitement du "Cœur Immaculé de Marie". L’Ange prépare ainsi les petits voyants à ce que la Sainte Vierge leur confiera par deux fois l’année suivante : « Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé ».

Ce faisant, une fois de plus l’Ange ne fait que confirmer un enseignement constant de l’Église et du Ciel. En effet, depuis les temps apostoliques, l’Église a toujours cru et enseigné que la Sainte Vierge était née sans la tache du péché originel. Elle le confirmera solennellement avec le dogme de l’Immaculé Conception promulgué par Pie IX le 8 décembre 1854 (bulle Ineffabilis Deus).

De plus, à partir du XIXe siècle, le Ciel s’est plu à confirmer à plusieurs reprises cette vérité de la foi catholique.
La première fois, ce fut le 27 novembre 1830, rue du Bac à Paris. La Sainte Vierge apparut à sainte Catherine Labouré, une Fille de la Charité de Saint Vincent de Paul. Au cours de l’apparition, un ovale se forma autour de Notre-Dame dans lequel apparut cette invocation : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». Si Marie est "conçue sans péché", c’est donc que son cœur a toujours été immaculé. Cette vision donna lieu à la création de la médaille dite "Médaille miraculeuse". Et la chapelle prit très vite le nom de "Chapelle de la Médaille miraculeuse".
Six ans plus tard, le 3 décembre 1836 (un premier samedi du mois), l’abbé Desgenettes, curé de Notre-Dame des Victoires à Paris, au cours de sa messe quotidienne, alors qu’il s’attristait du peu de résultats de son apostolat, entendit une voix intérieure lui dire : « Consacre ta paroisse au Très Saint et Immaculé Cœur de Marie ». Après la messe, une fois rentré chez lui, il décida de le faire et rédigea sur le champ les statuts d'une archiconfrérie du Très Saint et Immaculé Cœur de Marie. Et à partir de ce moment, la paroisse se transforma complètement. C’était la première fois dans l’histoire de l’Église que le Ciel parle explicitement du Cœur Immaculé de Marie.
Encore quatre ans plus tard, Justine Bisqueyburu, une jeune sœur du noviciat des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, fut favorisée de plusieurs apparitions de la Sainte Vierge. Le 8 septembre, Notre-Dame lui apparut tenant dans sa main droite un cœur d'où sortaient des flammes ardentes et dans sa main gauche un scapulaire de couleur verte sur lequel était représenté un cœur transpercé d’un glaive, avec autour de lui, épousant une forme ovale, l’invocation : « Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort. »
Enfin en 1858, Notre-Dame apparut à Bernadette Soubirous. Le 25 mars, elle lui confia en gascon à la grotte de Massabielle : « Que soy era Immaculada Councepciou » (« Je suis l'Immaculée Conception »). C’était moins de quatre ans après la définition du dogme de l’Immaculée Conception par Pie IX.

Voici donc quatre manifestations célestes révélant le caractère immaculé aussi bien de la conception que du cœur de Marie. Ainsi l’Ange de Fatima est-il le cinquième messager du ciel à le confirmer en moins d’un siècle. Et l’année d’après, Notre-Dame elle-même demandera deux fois (le 13 juin et le 13 juillet) aux petits bergers l’établissement de la dévotion à son Cœur Immaculé.

Alors, devant une telle insistance de la part du Ciel, mettons à profit ce centenaire des apparitions de Fatima pour découvrir ou approfondir et surtout pour mettre en pratique la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

La conversion des pécheurs

     Rappelons aussi ce qui a déjà été dit dans la méditation pour le septième jour de cette préparation : comme l’union des cœurs de Jésus et Marie, la prière pour la conversion des pécheurs est un point qui revient systématiquement dans les apparitions de l’Ange. Car, il en a parlé à chacune de ses apparitions :

  • Lors de la première, il dit : «  Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne vous aiment pas. »
  • Au cours de la seconde, il dit : « Offrez des prières et des sacrifices (…) en acte de supplication pour la conversion des pécheurs. »
  • Enfin lors de la troisième, il dit : « Par les mérites infinis de son très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs ».

Plus généralement, c’est un point omniprésent dans le message de Fatima, car Notre-Dame en parlera aussi plusieurs fois. Et sœur Lucie confiera au père Thomas McGlynn que c’est l’essentiel du message de Fatima : « La conversion des pécheurs, et le retour des âmes à Dieu. Cette idée a été répétée dans toutes les apparitions ; c’est pourquoi je considère que c’est l’essentiel du message » (voir méditation du 7e jour).

Une prière particulièrement riche

Malgré sa brièveté, la deuxième prière de l’Ange est d’une richesse extraordinaire. Car, en quelques phrases très courtes et très sobres, l’Ange a dévoilé l’essence du message de Fatima. Son enseignement peut se résumer en six points :

  • le Cœur de Jésus est profondément outragé par les péchés des hommes ;
  • il faut donc prier le Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie,
  • leur offrir des sacrifices en acceptant toutes les souffrances envoyées par la Providence,
  • pour réparer ces outrages,
  • pour demander la conversion de pécheurs qui offensent Notre-Seigneur ;
  • et de cette façon, nous obtiendrons la paix.

Tout y est : l’adoration de Dieu notre Créateur, la réparation des diverses offenses faites à Dieu, la demande de la conversion des pécheurs, l’offrande des mérites des Cœurs de Jésus et Marie, l’offrande du sacrifice de Notre-Seigneur sur la croix par toutes les messes qui se célèbrent dans le monde.
Il n’y manque que les précisions concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie : la récitation quotidienne du chapelet comme prière préférentielle, la communion réparatrice des premiers samedis du mois et la consécration au Cœur Immaculé de Marie. Car, avec une délicatesse toute céleste, l’Ange laissera à la Sainte Vierge le soin de faire connaître elle-même son rôle dans la conversion des pécheurs. Mais, à part ces trois points, le message de l’Ange contient tout l’esprit du message que la Sainte Vierge confiera aux petits pastoureaux.

Ce premier message est si sobre, si concis et si parfaitement conforme à l’esprit de l’Évangile qu’aucune intelligence enfantine n’aurait pu l’imaginer. La progressivité dans la précision des détails, la parfaite continuité du contenu, etc., tout est absolument merveilleux et demande à être relu et médité pour en comprendre toute la beauté et l’importance. Comment croire que trois petits enfants de six, huit et neuf ans aient pu inventer une telle prière ? Cette prière est vraiment inspirée par le Ciel et nous a été enseignée par un ange envoyé spécialement par Dieu pour nous l’apprendre.

Alors sachons bien les prières de l’Ange et disons-les de temps en temps au cours de la journée. Et surtout récitons la deuxième avant et après chacune de nos communions comme l’Ange l’apprit aux petits voyants. C’est la raison pour laquelle au cours de cette préparation il vous est proposé de la réciter chaque jour avant le chapelet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.