Lettre de liaison n° 5 - 28 juin 2015

Chers amis,

Le 13 juin 1917, après avoir appris aux petits pastoureaux que Jésus voulait « établir dans le monde la dévotion à son Cœur Immaculé », Notre-Dame poursuivit : « À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône. »

Notre-Dame leur ayant également annoncé qu’elle emmènerait bientôt Jacinthe et François, la petite Lucie s’inquiéta : « Je vais rester ici toute seule ? ». Et la Sainte Vierge lui répondit : « Non, ma fille. Tu souffres beaucoup ? Ne te décourage pas. Je ne t'abandonnerai jamais. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu. »

Ces différentes phrases constituent ce que l’on a coutume d’appeler le "petit secret". Pour bien en saisir toute la profondeur, il faut les rapprocher en mettant de côté tout ce qui concerne l’avenir des petits voyants.

 Jésus (…) veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône. (…) Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

Il faudrait savoir ces phrases par cœur et les méditer souvent. Comprenons-nous bien l’extraordinaire grâce de cette dévotion ? Notre-Dame elle-même nous promet le salut si nous la pratiquons. Mesurons-nous le trésor que représente une telle promesse ? Et il ne s’agit pas d’une erreur de traduction : dans la lettre du 17 décembre 1927 par laquelle, pour la première fois, sœur Lucie révèle un des points du secret, l’expression portugaise employée est : « prometo a salvação ».

Ce point est le tout premier point du secret que sœur Lucie révéla. Ce n’est que deux ans plus tard qu’elle révélera la demande de consécration de la Russie. Et il faudra attendre encore une douzaine d’années avant qu’elle dévoile la plus grande partie du secret du 13 juillet 1917.

Cet ordre est important à connaître, car il indique la priorité des demandes transmises par Notre-Dame. La première, et donc la plus importante, concerne la dévotion au Cœur Immaculé, en particulier la communion réparatrice des premiers samedis du mois, comme moyen de se sauver et d’obtenir la conversion des pécheurs. C’est donc cette demande que nous devons satisfaire en priorité. Combien recevrions-nous de grâces en méditant régulièrement ces paroles de notre mère du Ciel ! Quel trésor inestimable que cette dévotion au Cœur Immaculé de Marie par laquelle Notre-Dame elle-même nous promet le salut !

En union de prière par les cœurs de Jésus et Marie.

                 Yves de Lassus

Petite chronique du projet

Une armée sans un ordre du jour précis et concret est une armée vouée à l’inefficacité. Il convient donc d’avoir une marche à suivre claire. Or l’ordre de notre général, la reine du Ciel en personne, est justement donné dans cette apparition du 13 juin lorsqu’elle dit à Lucie : « Tu resteras ici-bas encore quelque temps. Jésus veut se servir de toi pour me faire connaître et aimer. » Déjà, à La Salette, Notre-Dame avait déjà donné une consigne semblable : « Allons, mes enfants, faites-le bien passer à tout mon peuple ! »

Cet ordre de faire connaître et aimer la Très Sainte Vierge ne concerne pas que Lucie : il concerne tous ceux qui sont « ici-bas encore quelque temps ». Sœur Lucie a passé sa vie à propager la dévotion à son Cœur Immaculé. Nous devons en faire autant, et ainsi, nous suivrons également l’ordre donné par Notre-Seigneur à ses apôtres : « Allez enseigner toutes les nations ».

Pour ce faire, soyons aussi ingénieux que l’intendant malhonnête de l’Évangile dont même Notre-Seigneur admira l’habilité. Car nous n’avons pas le droit de garder pour nous un tel trésor : il faut le communiquer tout autour de nous. Non seulement tout catholique, mais tout homme de bonne volonté doit pouvoir connaître ce secret révélé par Notre-Dame le 13 juin 1917 et dévoilé par sœur Lucie une dizaine d’années plus tard. Profitons des deux années de ce centenaire pour d’une part bien connaître et pratiquer la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, d’autre part la faire connaître à tous nos proches, afin qu’elle soit un gage de salut non seulement pour nous, mais pour tous ceux qui nous entourent.

Une boutade populaire définit le secret comme une chose que l’on ne dit qu’à une seule personne à la fois. Eh bien ! Il faut faire mentir cette boutade et diffuser le "petit secret" du 13 juin 1917 tout autour de nous. Voilà donc l’ordre de la Reine du Ciel :

 Faire savoir à tous que Notre-Dame promet le salut
à tous ceux qui embrasseront la dévotion à son Cœur Immaculé.

Alors à nos claviers, nos souris, nos stylos, nos fax, nos imprimantes, nos téléphones (portables ou non) ! Aucun moyen ne doit être négligé pour faire connaître à tout le monde catholique le message de notre mère du Ciel, lequel est aussi une volonté de Dieu Lui-même.

   Et n’oublions pas !
Samedi prochain, 4 juillet : 1er samedi du mois.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.