Lettre de liaison n° 6 - 13 juillet 2015

Chers amis,

Lorsque le 13 juin 1917, Notre-Dame révéla aux petits voyants que Jésus voulait établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé, elle ne leur dit pas en quoi elle consistait. Elle ne commença à le faire qu’à l’apparition suivante, c’est-à-dire le 13 juillet.
Le premier élément qu’elle leur révéla ce jour-là fut la prière et les sacrifices pour la conversion des pécheurs. Elle le fit de façon très pratique en leur enseignant deux prières. Après un court dialogue, Notre-Dame leur dit : « Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : "Ô Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie" ».
Puis, à la fin de l’apparition, après leur avoir montré l’enfer et confié le secret, elle termina en leur apprenant une deuxième prière : « Quand vous réciterez le chapelet, dites après chaque mystère : "Ô mon Jésus, pardonnez-nous.[1] Préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin" ».
Voici donc la première pratique de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie révélée par Notre-Dame elle-même : la prière et l’offrande des sacrifices de la vie quotidienne pour obtenir la conversion des pécheurs et réparer les outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie. Plus tard, Notre-Seigneur précisera les sacrifices demandés. (Voir fiche de synthèse sur les sacrifices pour la conversion des pécheurs).

Sœur Lucie a toujours affirmé que les sacrifices pour la conversion des pécheurs constituaient le point le plus important du message de Fatima. Au père Thomas McGlynn, un dominicain américain qui voulait sculpter une statue de Notre-Dame de Fatima et lui demandait en quoi consistait son message, elle répondit : « La conversion des pécheurs, et le retour des âmes à Dieu. Cette idée a été répétée dans toutes les apparitions ; c’est pourquoi je considère que c’est l’essentiel du message ». (En réalité, la Sainte Vierge n’a abordé ce thème que dans trois apparitions, la première, la troisième et la quatrième. Mais, il a également été abordé dans les trois apparitions de l’Ange en 1916, soit en tout six apparitions sur neuf.)

De même, le 12 août 1946, à des questions posées par John Haffert, un des fondateurs de l’Armée bleue (mouvement fondé aux États-Unis pour répandre la dévotion à Notre-Dame de Fatima), sœur Lucie répondit de la façon suivante :

— Quelle est la principale demande de Notre-Dame ?
— Le sacrifice.
— Et qu’entendez-vous par sacrifice ?
— Par sacrifice, Notre-Dame a dit qu’elle entendait l’accomplissement loyal du devoir d’état quotidien de chacun.
— Mais le Rosaire n’est-il pas important ?
— Si, car nous devons prier afin d’obtenir les forces pour être capables d’accomplir notre devoir quotidien.

Ainsi, le point fondamental du message de Fatima est ordonné au salut des pécheurs et se trouve dans les quatre prières enseignées aux petits voyants ; car la première prière de l’Ange est pour réparer les offenses commises par les pécheurs ; la deuxième se termine en demandant la conversion des pécheurs ; et les deux prières enseignées par Notre-Dame ont également pour but d’obtenir la conversion des pécheurs.
C’est toute l’économie divine du salut qui est contenue dans ces prières. Car Dieu s’est incarné pour sauver les pécheurs et le Christ a souffert pour sauver les pécheurs. Le message de Fatima est donc parfaitement conforme à l’enseignement de l’Évangile.
Cette pratique a de plus une faculté inestimable. En effet, à celui qui embrasse la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame « promet le salut ». Or, les sacrifices pour la conversion des pécheurs en sont la principale pratique. En conséquence, à tous ceux qui feront de tels sacrifices, la Sainte Vierge promet le salut.
En cela, Notre-Dame n’a d’ailleurs fait que confirmer un enseignement constant de l’Église. Car, dans l’épilogue de l’Épître de saint Jacques (V, 19-20) que l’on lit à la messe des rogations de l’Ascension, l’apôtre nous dit : « Celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’égarait sauvera son âme de la mort et fera disparaître une multitude de péchés. »


En union de prière par les cœurs de Jésus et Marie.
              Yves de Lassus

 

Petite chronique du projet

1) À partir du premier dimanche de l’Avent, en plus de la lettre de liaison du centenaire, un petit bulletin pour les enfants de 6 à 12 ans sera édité deux fois par mois et envoyé par courrier aux enfants qui auront été abonnés par leurs parents. L’abonnement est gratuit. Les inscriptions seront ouvertes normalement à partir du 1er septembre.
L’occasion sera mise à profit pour étudier la possibilité de mettre également en place une édition papier de la lettre de liaison à l’attention des personnes qui n’ont pas Internet.
2) Pour supporter les charges liées à l’impression et à l’expédition de ces bulletins, il est dès maintenant fait appel à votre générosité. Vous pouvez faire des dons soit par Paypal en allant sur le site, dans l’onglet Nous aider > Faire un don, soit en envoyant un chèque à l’ordre de :

Association Œuvrer pour la paix,
1518 avenue du Commandant Houot,
83130 LA GARDE.

L’association Œuvrer pour la paix est une association loi de 1901 qui a été créée en début d’année afin d’apporter un soutien financier sous une forme légale au projet de centenaire. Pour les dons de 30 euros ou plus, un reçu fiscal pourra être envoyé.
3) La lettre de liaison va maintenant être envoyée directement depuis le site du centenaire. Toutefois, l’envoi manuel sera maintenu quelque temps afin de vérifier que les envois automatiques se passent bien. Très provisoirement, vous recevrez donc les prochaines lettres par les deux moyens.

 

Quelques dates en juillet dans l’histoire de Fatima

7 juillet 1952 : Par la lettre apostolique Sacro Vergente Anno, Pie XII consacre la Russie au Cœur Immaculé de Marie.
13 juillet 1917 : Troisième apparition de Notre-Dame à Fatima en présence de 5 000 personnes.
16 juillet 1926 : Lucie entre au noviciat des sœurs de sainte Dorothée, à Tuy.
18 juillet 1981 : Jean-Paul II, hospitalisé à la clinique Gemelli suite à l’attentat du 13 mai précédent, se fait apporter l’enveloppe contenant la troisième partie du secret de Fatima.
26 juillet 1941 : Monseigneur da Silva, évêque de Leiria dont dépend Fatima, demande officiellement à sœur Lucie de mettre par écrit le secret de Fatima.
30 juillet 1935 : Notre-Seigneur apparaît à Alexandrina da Costa à Balasar (nord du Portugal) pour lui demander la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie.

16 juillet : Fête de Notre-Dame du Mont Carmel. Le 13 octobre 1917, pendant la danse du soleil, Notre-Dame apparut aux petits voyants sous les traits de Notre-Dame du Mont Carmel.

[1] Il est d’usage de dire : « Pardonnez-nous nos péchés ». Mais le texte portugais est plus concis. Dans le quatrième mémoire, sœur Lucie écrit : « O meu Jesus ! Perdoai-nos, livrai-nos do fogo Inferno, ... »

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.