Lettre de liaison n° 19 - 13 janvier 2016

Chers amis,

Sans doute pour la plupart d’entre nous, nous sommes convaincus de la puissance de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Toutefois, à notre époque où le rationalisme est roi, il reste utile de raviver notre foi dans cette puissance par des exemples concrets. La dernière lettre de liaison en a donné deux : la consécration d’une commune en 1944 et la consécration d’une paroisse en 1836. Certains reprocheront à ces exemples d’être anciens. En voici un qui s’est passé il y a moins de 10 ans.
Il s’agit de la guérison miraculeuse d’une petite fille de 13 mois, Bertille, 8ème enfant d’une famille du nord de la France dont les parents s’étaient consacrés au Cœur Immaculé de Marie le jour de leur mariage. Cet exemple est particulièrement probant, car la guérison en question a été obtenue suite à des prières faites explicitement et essentiellement au Cœur Immaculé de Marie. Voici un résumé des faits. (Un récit plus complet rédigé par le père est donné en annexe).

ValinhoAu cours de la nuit du 25 mars 2008, Bertille se mit à vomir. Au petit jour, ses lèvres se mirent à bleuir. Les secours furent appelés et elle fut admise aux urgences pédiatriques où elle fit un arrêt cardiaque. Elle fut récupérée in extremis, mais son état inspirait la plus vive inquiétude aux urgentistes qui diagnostiquèrent une "cardio myopathie dilatée à paroi mince". Le curé de la paroisse, mis au courant, put arriver au chevet de la petite malade et lui administrer le sacrement de confirmation, alors que ses parents étaient cantonnés en salle d'attente sans aucune nouvelle.
Le soir, Bertille vivait toujours, mais son cœur était presque complètement détruit. Elle fut mise sous perfusion et assistance respiratoire. Malgré cela, ses organes (reins, foie, cerveau) s’arrêtèrent spontanément pour soulager le cœur et Bertille sombra dans le coma. Elle semblait perdue.

Une chaîne de prières fut tout de suite lancée. Par internet, elle tourna dans le monde entier : Vietnam, Amériques du Sud et du Nord, Chine, Maghreb. À tous, il était demandé que soit invoqué exclusivement le Cœur Immaculé de Marie. Bertille resta un mois entre la vie et la mort, en réanimation. On tenta alors de supprimer l’assistance respiratoire, opération très délicate qui malgré tout réussit à la deuxième tentative. Elle put enfin sortir du service de réanimation et se retrouva en pédiatrie intensive, avec un traitement cardiaque très lourd. Une greffe de cœur était exclue, car elle était trop petite. Malgré cette amélioration, elle n'était pas tirée d'affaire. Son cœur était pratiquement perdu, et le cardiologue était très pessimiste.

Au bout d’un mois, Bertille put commencer à sortir de l’hôpital. Le mois de juin passa avec de chaudes alertes et finalement, Bertille dut retourner aux urgences pédiatriques.
Début juillet, Bertille put à nouveau sortir de l’hôpital, toujours avec un traitement très lourd. Le samedi suivant qui était un premier samedi du mois, la famille se rendit à Pontmain pour accomplir les dévotions réparatrices demandées par la Sainte Vierge à Fatima. Ce jour-là, il se passa visiblement quelque chose, car le reste du mois juillet se passa tranquillement, sans aucune alerte.
Début août, lors d’une consultation, le cardio pédiatre ausculta Bertille par échographie, pendant un temps interminable, en fronçant les sourcils et en marmonnant. Les pauvres parents redoutaient le pire. Puis le médecin dit : « On arrête tout traitement, le cœur est parfaitement normal ». « Comment ça on arrête tout ? La digoxyne, dont vous nous aviez dit que même en cas d'amélioration, elle devrait en prendre à vie ? » « On arrête tout ». Bertille était sauvée et totalement guérie ! À ce jour, il n’y a plus aucune séquelle, dans aucun organe.

Un très grand nombre de personnes ont prié pour Bertille. Certaines proposaient l’intercession de saints et mystiques divers et variés. Mais la famille a toujours demandé, parfois fermement, des prières uniquement au Cœur Immaculé de Marie. Aussi peut-on affirmer que cette guérison a été obtenue par le Cœur Immaculé de Marie, et par Lui seul. Et Notre-Dame choisit un premier samedi du mois pour guérir Bertille. (Voir histoire complète en annexe)

Que l’exemple de cette famille nous incite à nous consacrer au Cœur Immaculé de Marie afin d’être, comme Bertille, protégés par la Sainte Vierge. Et, il ne faut pas se contenter de consécrations individuelles. Elles sont certes très importantes. Mais les exemples donnés dans la précédente lettre de liaison montrent que cette protection peut s’étendre à des communautés entières, notamment les paroisses, les diocèses.

Si ces exemples vous ont convaincu, voici un petit plan d’actions en quatre points :

  1. Pour ceux qui ne sont pas encore consacrés, prendre la décision de se consacrer et de s’inscrire à une des préparations sur le site de Cap Fatima 2017 ICI. Un dossier de préparation ICI donne toutes les indications nécessaires.
  2. À l’exemple du témoignage que vous venez de lire, communiquer les grâces particulières que vous avez reçues suite à une consécration afin de montrer la puissance de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.
  3. Être apôtre de cette dévotion en en parlant autour de vous, dans vos familles, vos groupes de prières, les organismes auxquels vous appartenez, etc.
  4. En particulier, demander à votre curé de consacrer ou de renouveler la consécration de la paroisse au Cœur Immaculé de Marie, afin qu’elle reçoive des grâces de conversion comme en reçut la paroisse Notre-Dame des Victoires. (Voir lettre de liaison précédente).

Par votre action, la protection de Notre-Dame s’étendra ainsi sur tout notre pays et repoussera toutes les maladies aussi mortelles soient-elles dont il est affecté actuellement.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Yves de Lassus
Président de Cap Fatima 2017

Petite chronique du projet

La lettre de liaison étant envoyée en grand nombre, il se peut qu’elle soit parfois classée en spam. Afin d’éviter cet inconvénient, veillez bien à ajouter l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. à la liste de vos contacts.

Suite à une petite erreur d’affichage sur la boîte aux lettres, certaines lettres adressées à Cap Fatima 2017 ne nous ont pas été remises. Si l’une d’elles vous a été retournée, nous vous prions de nous excuser pour ce contretemps et vous demandons de bien vouloir nous la renvoyer : désormais, elle sera distribuée convenablement.

Cap Fatima 2017 a bien volontiers accepté d’être partenaire du projet Cotignac500. Nous vous incitons à aller visiter son site (www.cotignac500.fr) et à vous abonner à sa lettre de liaison qui viendra compléter ce que nous faisons dans le cadre du centenaire des apparitions de Fatima. Nous vous recommandons en particulier la lecture des deux lettres déjà parues.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.