Samedi prochain, 5 novembre : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 38 (28 octobre 2016)

Chers amis,

Régulièrement, des personnes nous demandent ce qu’elles pourraient faire pour nous aider ou pour œuvrer pour le centenaire. Afin de répondre sans tarder à cette question, l’analyse des demandes faites par Notre-Dame à Fatima, commencée dans les lettres de liaison n° 36 et n° 37, sera provisoirement interrompue. Car, nous sommes désormais à un an de la dernière apparition : il est donc important de ne plus tarder à mettre en place toutes les actions possibles pour fêter dignement ce centenaire.

Ces actions ont déjà été présentées dans la première lettre de liaison. Les différentes propositions ont ensuite été développées au fur et à mesure des lettres de liaison. Mais il ne semble pas inutile de revenir de dessus.

Le principe général est de faire la volonté de Dieu exprimée à Fatima par la voix de la Sainte Vierge, à savoir : travailler à l’établissement dans le monde de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.
Cette dévotion comporte cinq pratiques : la récitation quotidienne du chapelet, les prières et les sacrifices pour la conversion des pécheurs, la communion réparatrice des premiers samedis du mois en réparation des outrages envers le Cœur Immaculé de Marie, la consécration au Cœur Immaculé de Marie et le port du scapulaire.
Pour accomplir la volonté de Dieu, il convient donc de faire sien et de propager ces cinq pratiques. Cette propagation peut se faire à différents niveaux : personnel, familial, paroissial, diocésain, national.

Sur le plan personnel, tout le monde peut agir, quel que soit son âge, sa situation, sa condition, … Les cinq pratiques ne demandent aucune compétence particulière. Chacun peut, moyennant un minimum d’efforts, les faire siennes. À ceux qui les découvrent, nous conseillons de commencer par la plus facile, à savoir la consécration au Cœur Immaculé de Marie : elle ne demande que peu d’efforts sinon celui de la préparer. Pour cela des consécrations sont organisées presque chaque mois, la prochaine étant le 8 décembre, fête de l’Immaculé Conception, très belle date pour se consacrer à Notre-Dame. Sa préparation commencera le 7 novembre. (Voir la page Inscription)
Le port du scapulaire est également facile à mettre en pratique. C’est « le signe de notre consécration au Cœur Immaculé de Marie » disait sœur Lucie au père Rafferty (voir lettre de liaison n° 21). Tout prêtre peut l’imposer et le rituel se trouve sur le site. Il est donc très facile de se le faire imposer.
La communion réparatrice des premiers samedis du mois demande un effort un peu plus grand. Mais est-il si difficile d’y consacrer une à deux heures par mois sachant toutes les grâces que nous pouvons en retirer, notamment une assistance toute spéciale de Notre-Dame à l'heure de notre mort pour faire notre salut si nous la pratiquons cinq mois de suite ?
La récitation quotidienne du chapelet (voir lettre de liaison n°31) demande également un effort limité. Elle peut parfaitement être faite pendant les différents temps morts de la journée, notamment pendant les transports pour aller à son travail ou en revenir. Plutôt que d’écouter son smartphone, pourquoi ne pas prendre 10 minutes pour réciter son chapelet ?
Enfin, les sacrifices de la vie quotidienne offerts pour la conversion des pécheurs ne prennent pas de temps : nous sommes de toutes les façons tenus de faire notre devoir d’état. Ils demandent simplement un effort de volonté pour les accepter avec douceur, sans impatience et en les offrant pour la conversion des pécheurs.
Si nous faisons déjà tout cela, nous aurons réellement œuvré pour la propagation de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, certes à une échelle limitée, mais nous aurons œuvré.

Ces différentes actions sont également relativement faciles à réaliser au niveau familial,notamment la consécration de la famille au Cœur Immaculé de Marie et la récitation du chapelet en famille. Cette dernière pratique n’est pas aussi difficile à mettre en place qu’il y paraît. C’est surtout une question de persévérance. Pour les familles qui n’en auraient pas l’habitude, rien n’empêche de commencer par une dizaine de chapelet puis petit à petit de compléter vers le chapelet entier.
Pour les trois autres pratiques, il faut essayer de faire imposer le scapulaire à nos enfants, de les inviter à venir avec nous à la messe le premier samedi du mois et de leur apprendre à offrir des sacrifices pour la conversion des pécheurs.

Au niveau paroissial, le centenaire est une excellente occasion pour suggérer à votre curé de consacrer sa paroisse au Cœur Immaculé de Marie (voir lettre de liaison n° 22) et d’instituer le premier samedi du mois dans la paroisse. Mais votre demande portera d’autant de fruits que vous l’aurez vous-même fait au niveau personnel et familial. Vous pouvez aussi organiser la récitation d’un chapelet ou d’un rosaire pour la France (ou pour votre pays).

Œuvrer au niveau diocésain n’est pas donné à tout le monde. Il est sans doute préférable que cela passe par les prêtres de nos paroisses, s’ils sont eux-mêmes convaincus de la nécessité de propager cette dévotion. Mais vous pouvez prier à cette intention, pour qu’ils aient les grâces nécessaires pour bien agir.

Quant au niveau national, il semble difficile aujourd’hui d’imaginer une consécration par les gouvernants. Mais, les évêques français pourraient consacrer la France comme les évêques portugais et italiens l’ont fait pour leur pays (voir lettre de liaison n° 16).

Tout ceci peut se résumer dans le tableau suivant :

  Consécration Scapulaire 1er samedi Chapelet Sacrifices
Personnel X X X X X
Familial X Incitation Incitation X Incitation
Paroissial X   X X  
Diocésain X        
National X        

Les trois premières lignes du tableau ne présentent pas de difficultés particulières. Quel beau cadeau nous ferions à Notre-Dame si tous nous pouvions avoir travaillé à en réaliser les différents points ! C’est sûrement une des meilleures façons de fêter le centenaire des apparitions de Fatima.

Pour ceux qui voudraient faire encore plus, vous pouvez rediffuser les lettres de liaison, soit en les transférant à tous les parents ou amis de votre carnet d’adresse, soit en les tirant sur papier pour les envoyer à des personnes qui n’auraient pas internet. Vous pouvez aussi vous procurer affiches, dépliants ou images pour les distribuer autour de vous (À commander ICI). Vous pouvez enfin organiser des conférences pour faire connaître cette dévotion. Si vous n'avez pas de talents d’orateur, demandez-nous : nous pouvons peut-être vous trouver une personne pour faire l'exposé.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

   Yves de Lassus
   Président de Cap Fatima 2017

Informations diverses

Le rosaire peut s’enorgueillir d’une nouvelle victoire. Monseigneur Oliver Dashe Doeme, l’évêque de Maiduguri au Nigeria, a reconnu que c’est grâce au rosaire que le mouvement islamiste Boko Haram a pu être refoulé. Monseigneur Dashe a notamment déclaré : « Avec le chapelet, nous serons capables d’expulser Boko Haram de notre diocèse. Avec l’intervention de la Mère de Jésus, que j’aime tant, je vais encourager de nombreuses personnes à prier le chapelet et nous allons déloger Boko-Haram. Et c’est exactement ce qui est en train de se produire. La plupart des diocèses où Boko-Haram était présent, retrouvent leur liberté et les gens reviennent chez eux. » (voir http://reinformation.tv/boko-haram-rosaire-nigeria-jallais-60705-2/)

Cap Fatima 2017 a la joie d’avoir été rejoint par un nouveau partenaire : l’association Hozana (site : http://hozana.org/). Désormais, nous aurons une page sur ce site que nous recommandons par ailleurs pour l’excellent travail qu’il fait pour nous inciter à prier.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.