Samedi prochain, 6 mai 2017 : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 50 (29 mai 2017)

Chers amis,

Dans deux semaines, nous fêterons le centenaire de la première apparition de Notre-Dame à Fatima. Il ne reste donc plus beaucoup de temps pour préparer ce grand jour. Mettons à profit le temps qui reste pour faire le point et mettre en place ce qui peut encore l’être. Et tout d’abord, pourquoi vouloir fêter le centenaire de cette apparition ?

Pourquoi fêter l’anniversaire des apparitions de Fatima ?

La principale raison est de remercier Notre-Dame d’être venue sur la terre pour nous donner un message d’une richesse extraordinaire. Tous, nous aimons fêter les grands événements de notre vie : le jour de notre naissance, le jour de notre baptême, de notre mariage, de notre ordination sacerdotale, de nos vœux religieux, etc. Pareillement, nous fêtons l’entrée au Ciel de tous ceux qui ont marqué leur passage sur cette terre d'une empreinte de sainteté. De même, tous les ans, l’Église nous fait fêter les grands moments de la vie de Notre-Seigneur qui nous ont valu notre salut, en particulier son Incarnation, sa Passion et sa Résurrection.
Enfin, l’Église a institué une fête des apparitions de Lourdes et, depuis mars 2002, une fête des apparitions de Fatima.

La deuxième raison est de remercier Notre-Dame pour le cadeau qu’elle nous a fait. Les quelques paroles prononcées au cours de la première apparition donne une image de la richesse du message de Fatima. Au cours de cette seule apparition du 13 mai 1917, Notre-Dame confirma l’existence du Ciel et du purgatoire, donna une façon sûre d’aller au Ciel (réciter beaucoup de chapelets), une façon de sauver des pécheurs et de réparer les offenses faites à Dieu (offrir toutes nos souffrances quotidiennes dans ce but) et un moyen pour rétablir la paix et mettre fin aux guerres (la récitation quotidienne du chapelet).

Ainsi, dès la première apparition, Notre-Dame indique deux des points de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie : la récitation quotidienne du chapelet et l’offrande des sacrifices pour la conversion des pécheurs. Deux mois plus tard, dans la troisième apparition, elle en communiquera deux autres : la communion réparatrice des premiers samedis du mois et la consécration au Cœur Immaculé de Marie. Enfin, à la fin de la dernière apparition, elle en ajoutera un cinquième : le port du scapulaire.

Mais déjà, dès la première apparition, admirons la richesse des paroles de Notre-Dame : elle confirme clairement l’existence du Ciel, le seul vrai but de notre vie ici-bas, et nous donne un moyen sûr d’y aller. Elle donne en outre un autre moyen pour que notre prochain puisse y aller aussi, et enfin un troisième moyen (presque identique au premier) pour retrouver la paix, condition optimale pour faire son salut.

Peut-on imaginer un dialogue plus riche ? Et pourtant ce n’est que le premier des apparitions de Fatima. C’est pourquoi il faut vraiment remercier Notre-Dame de nous avoir fait un tel cadeau. Alors préparons-nous bien à ce centenaire pour remercier Notre-Dame de tant de grâces.

Comment fêter le centenaire ?

Mais comment faire ? Organiser une journée pour fêter le 13 mai comme nous fêtons Noël, la Semaine Sainte ou la Résurrection est important. (Voir lettre de liaison n°48) Plusieurs paroisses ou communautés en ont organisées. Mais s’il ne nous est pas possible de participer à une telle journée, nous pouvons tout de même remercier Notre-Dame, ainsi que Dieu Lui-même, en suivant les demandes qu’elle exprima à Fatima. Or quelles sont-elles ? Et comment les mettre en pratique pour ce centenaire ?

Le chapelet et l’offrande des sacrifices pour la conversion des pécheurs

La première chose à faire est de répondre chaque jour aux deux demandes faites le 13 mai 1917. Voilà pourquoi il a été proposé, dans la préparation à la consécration au Cœur Immaculé de Marie du 13 mai prochain, de méditer chaque jour les paroles de l’Ange ou de Notre-Dame, puis de réciter un chapelet pour avoir la paix dans le monde et d’offrir toutes les souffrances de la journée écoulée pour la conversion des pécheurs. Ceci est à la portée de tout le monde et ne demande qu’un petit effort quotidien.
Que nous nous préparions ou non à une consécration, n’omettons pas de le faire pendant les quelques jours qui nous séparent du 13 mai.

La communion réparatrice et la consécration au Cœur Immaculé de Marie

La deuxième chose à faire est de répondre également aux deux demandes faites le 13 juillet. Or samedi prochain est le premier samedi du mois de mai. N’oublions pas ce jour-là de faire une communion réparatrice. Ce sera de plus le cinquième samedi de la première série proposée en 2017 et à laquelle plusieurs centaines d’entre vous se sont inscrits. Outre la conversion des pécheurs, cette série avait une intention particulière : que le Saint-Père approuve et recommande la communion réparatrice des premiers samedis du mois, condition mise par Notre-Dame pour la conversion de la Russie et le retour de la paix dans le monde.

Une deuxième série sera lancée de juin à octobre pour fêter le centenaire de la dernière apparition et demandera comme grâce particulière que le Saint-Père consacre la Russie au Cœur Immaculé en respectant les conditions précisées par Notre-Dame. Des consécrations ont déjà été faites par les papes, mais aucune n’a suivi exactement les demandes de Notre-Dame. En particulier il n’y a pas eu de journée de réparation et la communion réparatrice n’a pas été reconnue (voir lettre de liaison n° 41). Afin de faire cesser définitivement toute controverse à ce sujet, il serait souhaitable que le Saint-Père fasse cette consécration dans les formes voulues par Notre-Dame. Si comme le prétend le Vatican, cette consécration a déjà été faite, qu’est-ce qui empêcherait de la renouveler à l’occasion de ce centenaire ? Ce serait une façon de montrer à Notre-Dame que nous souhaitons accomplir très exactement sa volonté.

Mais, disait le père Alonso, cette consécration de la Russie doit être précédée de nos propres consécrations (voir sur le site le "Dossier de préparation"). C’est pourquoi des consécrations au Cœur Immaculé de Marie sont régulièrement organisées, dont une le 13 mai, avec des préparations de 33 ou 9 jours. Pour celle du 13 mai, il n’est plus temps de faire la préparation de 33 jours, mais il est toujours possible de s’inscrire pour la préparation de 9 jours qui commencera le 4 mai. Autre possibilité : une préparation de 33 jours a commencé hier pour une consécration le 31 mai, fête de Marie Reine. Il est donc encore possible de s’inscrire. (Pour s’inscrire, remplir le formulaire ICI)
Il est également possible de choisir une autre date. Voici les prochaines dates proposées : 16 juillet, 15 août, 22 août, 8 septembre et 13 octobre.
Pour ceux qui sont déjà consacrés, ils peuvent suivre la préparation de 9 jours du 4 au 12 mai, afin de faire une neuvaine pour demander la paix dans le monde et la reconnaissance des premiers samedis du mois. (S’inscrire comme pour une consécration)

Le port du scapulaire et une vie droite

Enfin la troisième chose à faire est de répondre aux deux dernières demandes faites le 13 octobre : porter le scapulaire de Notre-Dame du Mont Carmel et ne plus offenser Notre-Seigneur en ayant une vie droite, c’est-à-dire en respectant la loi divine. Pour ceux qui n’aurait pas encore eu l’imposition du scapulaire, il est proposé d’essayer de le faire le jour de la consécration, car disait sœur Lucie : « Le scapulaire est la marque de notre consécration au Cœur Immaculé de Marie ».

Autres actions possibles

Ensuite, chacun peut mettre ses talents au service de ce centenaire. Monsieur Gérard de Rosny, un compositeur bien connu des milieux catholiques (il est l’auteur en particulier du chant du pèlerinage de Notre-Dame de Chrétienté de Paris à Chartres : "Chartres sonne"), vient de le faire en composant un chant pour ce grand événement. Vous trouverez la partition et les fichiers son sur la page du site : "Chant pour le centenaire". Souhaitons que ce chant ait autant de succès que "Chartres sonne". Il est encore temps de l’apprendre pour le chanter le 13 mai, ou à une autre occasion d’ici le 13 octobre.

Alors tous, préparons-nous bien à ce 13 mai.
En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

   Yves de Lassus
   Cap Fatima 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.