• Affichages : 180

La date de 1960

Samedi 1er août 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 2e mystère joyeux : La Visitation
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les blasphèmes contre la virginité de la Très Sainte Vierge

 

Lettre de liaison n° 110 (30 juillet 2020)Imprimer

Chers amis,

L’histoire des enveloppes ayant contenu le secret de Fatima (voir précédente lettre de liaison) aura probablement paru incroyable à certains. Et quelles conclusions en tirer ? Un fait unique ne peut à lui seul constituer une preuve. Hélas, ce n’est pas le seul point curieux concernant ce secret. Il en est au moins un autre : la date à laquelle il devait être révélé.

La date de 1960

La première indication sur cette date a été donnée par sœur Lucie à son évêque peu après lui avoir fait remettre le secret. En effet, ayant appris que Mgr da Silva n’avait pas voulu le lire, elle lui transmit alors quelques indications. Dans son dernier ouvrage sur Fatima, le père Alonso, s’appuyant sur le témoignage du chanoine Galamba, rapporte la façon dont cela se passa :

Quand Monseigneur l’évêque se refuse à l’ouvrir, Lucie lui fait promettre qu’il serait ouvert définitivement et lu au monde à sa mort ou en 1960, selon ce qui se produirait d’abord. Lucie dit qu’on pouvait le révéler immédiatement si l’évêque l’ordonnait. Mais elle n’a pas dit qu’il devait le faire immédiatement. Les dates pour en faire la révélation furent déterminées après un dialogue entre l’évêque et Lucie.

La dernière phrase montre que Mgr da Silva était parfaitement au courant des précisions apportées par la voyante.

Très vite après la guerre, sœur Lucie livra certains détails sur cette date. Pour l’année 1946, on dispose ainsi de plusieurs témoignages.
En février, le père Jongen put rencontrer sœur Lucie et lui demanda :

Lire la suite : La date de 1960

  • Affichages : 211

LL n° 109 : Le troisième point du secret de Fatima (suite)

Demain, samedi 4 juillet 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 1er mystère joyeux : L'Annonciation
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les blasphèmes contre l’immaculée conception de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 109 (3 juillet 2020)Imprimer

Chers amis,

Il aura donc fallu attendre presque 27 ans pour que sœur Lucie, à la demande de son évêque, mette par écrit le troisième point du secret et le lui transmette. Mais après l’avoir reçu, Mgr da Silva refusa de le lire et le mit dans son coffre (voir précédente lettre de liaison). Plusieurs fois, Mgr da Silva tenta de s’en défaire et proposa au patriarche de Lisbonne de le recevoir. Mais celui-ci ne le voulut point. Le secret resta ainsi douze ans dans le coffre de l’évêché de Leiria.

Le transfert du secret à Rome

Vers la fin de 1956 (ou peut-être au début de 1957), le Saint-Office demanda à avoir une copie de tous les documents sur Fatima. L’ordre fut transmis à Mgr da Silva par le nonce apostolique de Lisbonne, Mgr Cento. L’évêque de Leiria chargea alors son auxiliaire, Mgr Venancio, de faire photocopier tous les documents en sa possession par une maison d’édition de Lisbonne.

Mais le secret lui-même posait une difficulté. En effet, il était sous enveloppe et ne pouvait donc pas être photocopié. Mgr da Silva demanda alors à Mgr Cento s’il fallait aussi envoyer le secret. Mgr Cento lui répondit : « Naturellement ! Le secret aussi ! Surtout le secret ! ». Mgr Venancio dit alors à son évêque : « Écoutez, Monseigneur, vous avez là le secret, vous pouvez le lire ; Lucie vous a dit que vous pouviez le lire. Ouvrez-le ! Nous en prendrons une photocopie. C’est la dernière occasion que nous avons. » Malheureusement, Mgr da Silva refusa : « Non, cela ne m’intéresse pas. C’est un secret, je ne veux pas le lire. » Mgr Venancio fit une nouvelle tentative un peu plus tard, mais n’eut pas plus de succès. Alors, avant d’aller porter les copies des écrits de sœur Lucie au nonce apostolique, Mgr Venancio prit l’enveloppe contenant le secret et tenta de regarder ce qu’elle contenait en la tenant à la lumière. Le 13 février 1984, le frère Michel de la Sainte Trinité put rencontrer Mgr Venancio et lui demander ce qu’il avait pu observer. Voici ce qu’il apprit :

Une fois seul chez lui, Mgr Venancio prit la grande enveloppe du secret et essaya de voir, par transparence, quel en était le contenu. Dans la grande enveloppe de l’évêque, il discerna une enveloppe plus petite, celle de Lucie, et à l’intérieur une feuille ordinaire, avec trois quarts de centimètre de marge de chaque côté. Il prit soin de noter la taille de tout cela. L’ultime secret de Fatima est donc écrit sur une petite feuille de papier.

Lire la suite : LL n° 109 : Le troisième point du secret de Fatima (suite)

  • Affichages : 704

LL 108 : Le troisième point du secret de Fatima

Samedi prochain, 6 juin 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 5e mystère glorieux : Le couronnement de la Très Sainte Vierge au Ciel
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les offenses de ceux qui cherchent publiquement à inculquer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris ou la haine à l’égard de Notre-Dame

 

Lettre de liaison n° 108 (4 juin 2020)Imprimer

Chers amis,

Le secret confié par Notre-Dame le 13 juillet 1917 à Fatima comprend trois points. Les deux premiers ont déjà été largement commentés dans les précédentes lettres de liaison. Et la lettre de liaison n° 103 a rappelé comment ils avaient été révélés. Mais il n’est pas possible d’en rester là : pour bien comprendre le message de Fatima, il est nécessaire d’étudier également le troisième point. Car que ce soit les paroles prononcées par Notre-Dame ou les visions montrées aux petits voyants, tous ces éléments sont importants. Il n’est pas possible d’en mettre ne serait-ce qu’un seul de côté sous prétexte qu’il serait difficile à comprendre ou au cœur d’une polémique. Et quand bien même ce serait le cas, cet aspect aussi est sûrement permis par la Sainte Vierge pour nous signifier quelque chose.
Effectivement, le troisième point du secret fait toujours couler beaucoup d’encre. Pour tenter d’y voir un peu plus clair, il faut auparavant bien connaître son histoire.

Lire la suite : LL 108 : Le troisième point du secret de Fatima

  • Affichages : 812

LL n° 107 : La consécration au Cœur Immaculé de Marie

Samedi prochain, 2 mai avril 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 4e mystère glorieux : L'Assomption
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les offenses de ceux qui cherchent publiquement à inculquer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris ou la haine à l’égard de Notre-Dame

 

Lettre de liaison n° 107 (30 avril 2020)Imprimer

Chers amis,

À Fatima, le 25 mars dernier, en la solennité de l’Annonciation, le cardinal Antonio dos Santos Marto, évêque de Leiria-Fatima, a présidé une célébration dite de consécration du Portugal et de l’Espagne au Sacré Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie.
Cette cérémonie et les réactions qu’elle a suscitées méritent d’être analysées, car elle permet de voir comment est perçue et comprise aujourd'hui la consécration au Cœur Immaculé de Marie.

Les consécrations du 25 mars 2020

L’initiative de cette consécration est due à un groupe de laïcs qui, après avoir recueilli plusieurs milliers de signatures, a adressé une demande au président de la Conférence des évêques du Portugal. Vers la mi-mars, après avoir consulté les évêques portugais qui ont tous accueilli favorablement cette demande, le cardinal dos Santos Marto a décidé qu’il renouvellerait la consécration du Portugal à Jésus et à Marie le 25 mars suivant. Peu après cette annonce, la conférence des évêques d’Espagne a demandé à s’associer à la cérémonie afin d’y consacrer également leur pays. Les évêques portugais ont alors eu l’idée d’inviter les conférences épiscopales de tous les pays à s’associer à cette cérémonie. Bien qu’interrogés à peine quelques jours avant la date prévue, 22 pays ont répondu positivement (voir la liste dans la lettre de liaison n° 106).
Ainsi ce sont 24 pays qui le 25 mars dans l’après-midi se sont consacrés au Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie. (Voir les comptes-rendus faits par le sanctuaire de Fatima et par le Vatican) Depuis, d’autres pays se sont consacrés, en particulier l’Angleterre et l’Irlande. L’Italie a prévu de le faire le 1er mai.

Lire la suite : LL n° 107 : La consécration au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 538

LL n° 106 bis : Correction à la lettre de liaison n° 106

Lettre de liaison n° 106 - correction

Chers amis,

Deux erreurs se sont glissées dans la lettre de liaison que vous venez de recevoir et nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.

1) Mgr Viganò n'est pas cardinal mais simplement archevêque.

2) Quatre évêques français au moins se sont associés à la consécration faites par 24 pays le 25 mars dernier et ont consacré leur diocèse au Cœur Immaculé de Marie :  Mgr Cattenoz, évêque d'Avignon (Vaucluse), Mgr Benoit-Gonnin, évêque de Beauvais (Oise) et Mgr Jacolin, évêque de Luçon (Vendée), Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon (Var).

Voici les liens vers les sources de ces informations : consécration par Mgr Cattenoz, consécration par Mgr Benoit-Gonnin, consécration par Mgr Jacolin.
L'information sur la consécration faite par Mgr Rey vient du président de l'association Civilisation de l'Amour et nous a été transmise par un abonné à la lettre de liaison qui travaille avec cette association.

Ces deux points ont été corrigés dans la lettre figurant sur le site. Si vous souhaitez retransmettre la lettre corrigée, voici le lien à transmettre : https://www.fatima100.fr/498-pour-eloigner-les-chatiments

La présente lettre nous fournit opportunément l'occasion de vous signaler une pétition lancée le 2 avril (il y a 2 jours) par l'association Marie de Nazareth pour demander à tous les évêques de France de consacrer leur diocèse et la France à la Sainte Vierge le dimanche 19 avril.  En deux jours, cette pétition a déjà recueilli 30 000 signatures.
Voici le lien pour signer la pétition : https://www.consecrationdelafrance.fr/.

Enfin plusieurs lecteurs se sont étonnés que, dans la lettre envoyée il y a 2 jours, l'urgence de faire la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie n'ait pas été rappelée. Cette remarque est très pertinente, mais il est difficile d'aborder tous les sujets dans une lettre d'une longueur limitée. Déjà la lettre faisait cinq pages alors que nous nous efforçons de ne jamais dépasser quatre pages. La nécessité de faire court impose, hélas, de faire des choix.
Le ton de certaines remarques laisse penser que, pour certains, il aurait été préférable de parler de la consécration de la Russie avant de parler de sujets plus secondaires, comme le cinquième anniversaire de Cap Fatima par exemple. Nous prenons acte de cette critique. Voici quelques éléments pour y répondre.

Le sujet de la consécration de la Russie a été abordé plusieurs fois dans les lettres de liaison, en particulier dans les lettres suivantes :

  • la lettre de liaison n° 39 dans laquelle est présentée la demande exacte de la Sainte Vierge à sœur Lucie,
  • la lettre de liaison n° 40 dans laquelle est expliquée la différence qu'il convient de faire entre la consécration de la Russie demandée par Notre-Dame et la consécration du monde demandée par Notre-Seigneur,
  • la lettre de liaison n° 41 dans laquelle il est montré qu'aucune des consécrations faites par les papes n'a satisfait aux demandes de Notre-Dame, mais que, par contre, certaines d'entre elles ont satisfait aux demandes de Notre-Seigneur,
  • la lettre de liaison n° 52 dans laquelle est rapportée une déclaration du cardinal Cordes affirmant que le 25 mars 1984, la consécration telle que la voulait Notre-Dame n'a pas été faite car le pape Jean-Paul II n'a pas voulu mentionner la Russie,
  • la lettre de liaison n° 79 dans laquelle est rapporté un dialogue entre José-Maria Zavala, un journaliste espagnol, et Don Amorth dans lequel ce dernier explique pourquoi la consécration faite par Jean-Paul II le 25 mars 1984 ne répond pas à la demande de Notre-Dame.

Voici un petit tableau de synthèse sur cette question, tableau diffusé dans lettre de liaison n° 41 :

  • Nota 1 : Paul VI ne donna aucun ordre aux évêques. Jean-Paul II dit simplement qu’il faisait son acte « en union spirituelle » avec les évêques.
  • Nota 2 : Le terme employé lors de ces actes est "remettre" et non pas "consacrer".
  • Nota 3 : La formule employée par Pie XII est : « spécialement à ceux [les peuples] qui professent pour vous une singulière dévotion et chez lesquels il n’y avait pas de maison qui n’honorât votre vénérable icône ». Celles employées par Jean-Paul II sont : « les nations qui ont particulièrement besoin de cette offrande et de cette consécration » et « les peuples dont tu attends de nous la consécration et l'offrande ».

Il est donc certain que la consécration dans les conditions précisées par Notre-Dame à sœur Lucie n'a pas encore été faite, et que, tant qu'elle n'aura pas été faite comme l'a demandée Notre-Dame, le monde continuera à aller de mal en pis. Prions sans cesse pour que le Saint-Esprit inspire au Saint-Père de faire cette consécration sans tarder.

Pour terminer, nous tenons à vous remercier très sincèrement pour toutes vos remarques, qu'elles soient pour approuver, critiquer, corriger, ... N'hésitez donc pas à nous écrire, car ce n'est qu'ainsi que l'on peut espérer approcher de la vérité.

Yves de Lassus

  • Affichages : 1427

LL n° 106 : Pour éloigner les châtiments

Samedi prochain, 4 avril 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 3e mystère glorieux : La Pentecôte
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre la maternité de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 106 (2 avril 2020)Imprimer

Chers amis,

Samedi, Cap Fatima aura cinq ans d’existence. En effet, c’est le samedi 4 avril 2015, un premier samedi du mois, que le projet a été lancé (voir la lettre de lancement). Mais avant de faire un petit bilan de ces cinq années pour en tirer quelques idées pour l’avenir, il convient de revenir sur la situation d’aujourd'hui et poursuivre notre réflexion sur ce qu’il convient de faire par ces temps d’épidémie (voir la précédente lettre de liaison).

Demander pardon à Dieu pour apaiser sa colère et éloigner les châtiments

De nombreuses initiatives ont été ou vont être lancées pour demander au Ciel de mettre fin à l’épidémie qui frappe le monde en ce moment. Dans cet ordre d’idée, le 25 mars dernier, fête de l’Annonciation, il y eut un événement particulièrement heureux : à l’initiative du Portugal, 24 pays se sont solennellement consacrés au Sacré Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie : l’Espagne, l'Albanie, la Bolivie, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, la Slovaquie, le Guatemala, la Hongrie, l'Inde, le Mexique, la Moldavie, le Nicaragua, Panama, le Paraguay, le Pérou, la Pologne, la République dominicaine, la Tanzanie, le Kenya, le Zimbabwe, le Timor oriental et la Roumanie. D'autres l’ont fait depuis, dont l’Angleterre. Au Portugal, la cérémonie a eu lieu dans la basilique de Notre-Dame du Rosaire au sanctuaire de Fatima. (voir l’article sur le site du sanctuaire). L’histoire du Portugal montre l’efficacité d’une telle consécration (voir lettre de liaison n° 16). C’est pourquoi il faut se réjouir de voir que plusieurs pays ont ainsi répondu à l’une des demandes de Notre-Dame à Fatima.
Malheureusement, ni la France, ni l’Italie n’a fait cette consécration (seuls quelques diocèses français l'ont fait). Dans un entretien qu’il a donné le 29 mars dernier, Mgr Viganò a déclaré : « Il est honteux et scandaleux qu'aucun évêque en Italie ne se soit joint à cette grande initiative ! »

Lire la suite : LL n° 106 : Pour éloigner les châtiments

  • Affichages : 1880

LL n° 105 : La dévotion au Cœur Immaculé de Marie par temps d'épidémie

Lettre de liaison n° 105 (19 mars 2020, fête de saint Joseph)

Chers amis,

Par ces temps d’inquiétude et d’incertitude sur l’avenir dues à l’épidémie de Coronavirus, de nombreuses initiatives de prière sont lancées régulièrement. C’est une bonne chose. En cas de difficulté, notre premier réflexe doit toujours être de demander à Dieu son aide.
L’objectif de cette lettre n’est pas d’ajouter une proposition supplémentaire à toutes celles que nombre d’entre vous ont sans doute déjà reçues. Mais, puisque depuis maintenant presque cinq ans, nous essayons d’approfondir et répandre autour de nous la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, conformément à l’ordre divin communiqué par Notre-Dame à Fatima, il convient de voir comment cette dévotion au Cœur Immaculé de Marie permet d’apporter une réponse au problème qui nous préoccupe aujourd'hui.

En période de calamités publiques, cela a toujours été l’habitude de l’Église de se tourner vers le Seigneur. Il y a même une messe votive spéciale pour le temps d’épidémie. Dans une telle période, l’Église demande à Dieu plusieurs choses : la grâce d’échapper à la maladie ; si nous tombons malades, la grâce de notre guérison ; et si nous devons mourir, la grâce de faire une sainte mort. Elle demande aussi à Dieu de nous éclairer, nous-mêmes pour agir en chrétien et avec charité, pour les personnels soignants pour avoir le courage et la force de soigner les malades, pour les autorités publiques pour leur inspirer de sages recommandations.

Lire la suite : LL n° 105 : La dévotion au Cœur Immaculé de Marie par temps d'épidémie

  • Affichages : 726

LL n° 104 : Une prière urgente

Samedi prochain, 7 mars 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 2e mystère glorieux : L'Ascension
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre la virginité de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 104 (4 mars 2020)Imprimer

Chers amis,

Les dernières lettres de liaison ont, semble-t-il, suscité un intérêt marqué. Il est vrai que le goût de l’homme pour les prophéties ou les mystères a toujours été très fort. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que l’objectif des lettres de liaison reste d’une part de faire connaître et aimer la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, d’autre part d’être un moyen à votre disposition pour la répandre dans le monde, et ainsi répondre à une volonté de Dieu Lui-même que la Sainte Vierge a révélée les 13 juin et 13 juillet 1917. L’analyse des prophéties antérieures aux apparitions de Fatima a pour seul but d’essayer de mieux comprendre le troisième point du secret de Fatima et ainsi mieux comprendre l’importance de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

L’Immaculée Conception, clé de voûte de la création

Pour approfondir cette dévotion, signalons un ouvrage récent sur l’Immaculée Conception, à savoir le livre de Michèle Reboul L’Immaculée Conception, clé de voûte de la création, édité par Via Romana en 2018. Michèle Reboul a été professeur de philosophie et a été en charge de la chronique religieuse de différents journaux, en particulier celle du Figaro pendant vingt-cinq ans.
Son livre est préfacé par le cardinal Sarah qui affirme : « Le livre de Michèle Reboul est un moyen privilégié pour faire connaître et aimer la Vierge Marie, l’Immaculée Conception, et c’est pourquoi je souhaite qu’il ait la diffusion qu’il mérite dans les familles et les paroisses, en particulier dans les groupes de prière»

Lire la suite : LL n° 104 : Une prière urgente

  • Affichages : 3858

LL n° 103 : La révélation du secret de Fatima

Samedi prochain, 1er février 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 1er mystère glorieux : La Résurrection
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 103 (30 janvier 2020)Imprimer

Chers amis,

Les précédentes lettres de liaison ont montré l’étonnante concordance entre cinq prophéties, tant sur des faits concernant notre époque que sur la date de leur réalisation :

  • La prophétie de saint Malachie indique une grave crise dans l’Église à partir du pontificat de Jean XXIII (voir lettre de liaison n° 102), crise qu’heureusement l’Église arrivera à surmonter (voir lettre n° 100).
  • Les prophéties de Quito annoncent que, pendant une grande partie du XXe siècle, diverses hérésies se propageront. Lorsqu’elles auront le dessus, la Foi s’éteindra dans les âmes à cause de la corruption des mœurs, de la perte des vocations et de la ruine des couvents, au point que tout semblera perdu (lettre de liaison n° 98). Mais ensuite, un saint prélat restaurera la situation. Malheureusement, sa venue sera retardée par la tiédeur des âmes consacrées à Dieu (lettre n° 97).
  • Dans la prophétie de La Salette, la Sainte Vierge confie à Mélanie que les personnes consacrées à Dieu oublieront leurs devoirs religieux, tombant dans un grand relâchement et presque dans l'oubli de Dieu (voir lettre de liaison n° 91). Mélanie précise que ces événements arriveront à partir de 1964, et Maximin avant l’an 2000 ; tous deux affirment qu’ensuite toutes les nations se convertiront et qu’il y aura une période de paix.
  • Le 13 octobre 1884, Léon XIII eut une vision au cours de laquelle il entendit le démon demander à Notre-Seigneur un plus grand pouvoir pendant 75 à 100 ans pour arriver à détruire l’Église (voir lettre de liaison n° 83). Notre-Seigneur le lui ayant accordé, la réalisation de cette destruction de l’Église par le démon tombe dans la période située entre 1959 et 1984.
  • Au début des années 1960, Padre Pio révéla à don Amorth : « Satan s’est introduit au sein de l'Église et, dans très peu de temps, il arrivera à gouverner une fausse Église» (voir lettre de liaison n° 82).

    Lire la suite : LL n° 103 : La révélation du secret de Fatima

  • Affichages : 1667

LL n° 102 : L'utilité de la prophétie de saint Malachie

Samedi prochain, 4 janvier 2020 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 5e mystère douloureux : Le crucifiement
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les offenses de ceux qui outragent Notre-Dame directement dans ses saintes images

Lettre de liaison n° 102 (1er janvier 2020)Imprimer

Chers amis,

Avant de voir comment la prophétie de saint Malachie permet de préciser le contenu du troisième secret de Fatima, il convient auparavant d’analyser s’il est possible d’accorder un réel crédit à cette prophétie. En effet, pour qu’une prophétie en soit réellement une, il faut non seulement qu’elle ne contienne aucune erreur et qu’elle ait des signes manifestes d’une origine divine, mais il faut aussi qu’elle ait une utilité dans le plan divin.

Les deux premières conditions, l’absence d’erreur et l’origine divine, ont été traitées dans les lettres de liaison n° 100 et n° 101. Jusque très récemment, soit pendant plus de trois siècles, une malencontreuse erreur d’interprétation de la ponctuation et des abréviations contenues dans la dernière devise avait conduit à une mauvaise interprétation du sens général de la prophétie, ce qui avait divisé les experts en deux groupes :

Lire la suite : LL n° 102 : L'utilité de la prophétie de saint Malachie

  • Affichages : 1227

LL n° 101 : La prophétie de saint Malachie (suite)

Samedi prochain, 7 décembre 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 4e mystère douloureux : Le portement de croix
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les offenses de ceux qui cherchent publiquement à inculquer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris ou la haine à l’égard de Notre-Dame

 

Lettre de liaison n° 101 (4 décembre 2019)Imprimer

Chers amis,

L’évocation de la prophétie dite de saint Malachie paraît peut-être à certains bien éloignée du sujet traité jusqu'à présent par ces lettres. Pourtant, il n’en est rien. En effet, le véritable sens de la devise finale (voir dernière lettre de liaison), outre qu’il supprime l’objection majeure quant à la possibilité d’accorder foi à ce texte, annonce le triomphe de l’Église, comme l’ont fait plusieurs autres prophéties à sa suite.

En effet, à Quito, la Sainte Vierge annonce des troubles pour la deuxième moitié du XXe siècle et ajoute que la venue du saint pape qui les effacera, sera retardée par la mauvaise conduite des prêtres. Il y aura donc un saint pape qui redressera l’Église (voir lettre de liaison n° 97, apparition du 2 février 1634).

Lire la suite : LL n° 101 : La prophétie de saint Malachie (suite)

  • Affichages : 3218

LL n° 100 : La prophétie de saint Malachie

Samedi prochain, 2 novembre 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 3e mystère douloureux : Le couronnement d'épines
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre la maternité de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 100 (30 octobre 2019)Imprimer

Chers amis,

Samedi prochain sera non seulement le premier samedi du mois de novembre, mais également le 2 novembre, jour de la commémoration de tous les défunts. Il convient donc d’offrir notre communion réparatrice, non seulement pour la conversion des pécheurs et pour réparer les blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie, mais aussi pour le soulagement et la libération des âmes du purgatoire.

Certes, à Fatima, la Sainte Vierge n’a pas parlé des âmes du purgatoire, mais de la "conversion des pécheurs", des "pécheurs" ou encore des "âmes des pauvres pécheurs".
Au père Thomas McGlynn, un dominicain américain,  qui lui demandait en quoi consistait le message de Fatima, sœur Lucie répondit : « La conversion des pécheurs, et le retour des âmes à Dieu. Cette idée a été répétée dans toutes les apparitions ; c’est pourquoi je considère que c’est l’essentiel du message ». En toute rigueur, la Sainte Vierge n’a abordé ce thème qu’au cours de trois apparitions de 1917 (les 13 mai, 13 juillet et 19 août). Mais, il a également été abordé dans toutes celles de l’Ange, soit six apparitions en tout sur les neuf de 1916 et 1917, ainsi que dans celles de Pontevedra et Tuy.

Lire la suite : LL n° 100 : La prophétie de saint Malachie

  • Affichages : 1115

LL 99 : Les blasphèmes contre Notre-Dame

Samedi prochain, 5 octobre 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 2e mystère douloureux : La flagellation
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les blasphèmes contre la virginité de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 99 (2 octobre 2019)Imprimer

Chers amis,

Samedi sera le premier samedi du mois d’octobre, le mois du rosaire. C’est donc un premier samedi tout particulièrement consacré à la Sainte Vierge. Aussi ne faut-il pas oublier de pratiquer la dévotion demandée par Notre-Dame à Fatima, en réparation des blasphèmes contre son Cœur Immaculé, ce d’autant plus que ces blasphèmes sont hélas toujours d’actualité. Deux messages reçus récemment le prouvent une fois de plus.
Le premier message, qui émanait d’une personne probablement athée, était une violente attaque contre la virginité de la Très Sainte Vierge. Certains termes employés par l’auteur nous interdisent de le reproduire.
Le deuxième message provenait d’une personne ayant quitté la religion catholique à cause de l’enseignement de l’Église sur la médiation de Notre-Dame. Les attaques contre la médiation de Notre-Dame ne font pas formellement partie des cinq blasphèmes mentionnés par Notre-Seigneur à sœur Lucie le 29 mai 1930 (voir lettre de liaison n° 81). Mais la médiation de Notre-Dame étant une conséquence de sa maternité divine, sa négation est indirectement une négation de sa maternité divine.

La place de la médiation de Notre-Dame dans le message de Fatima a déjà été abordée dans la lettre de liaison n° 51, mais il n’est probablement pas inutile de revenir sur ce point et de le développer un peu.

Lire la suite : LL 99 : Les blasphèmes contre Notre-Dame

  • Affichages : 651

LL 98 bis : Neuvaine à saint Michel Archange (21 - 29 septembre)

Lettre de liaison n° 98 bis (20 septembre 2019)Imprimer

Chers amis,

Cette lettre sera un peu particulière : elle ne fera que suggérer une idée émise par une abonnée qui nous écrit : « Ne pourriez-vous pas attirer l'attention de vos abonnés sur la neuvaine préparatoire à la fête de l'Archange St Michel, le 29 prochain et pour l'année prochaine, celle préparant l'ancienne fête de l'Archange le 8 mai ? »

L’idée nous a paru digne d’être partagée entre tous les abonnés.
"Une dévotion du plus !", diront certains. Certes, il ne faut pas forcément multiplier les dévotions. À chacun, selon les goûts ou inclinations particulières que Dieu met en notre cœur, de choisir telle dévotion plutôt que telle autre. Toutefois, selon les circonstances ou les événements, il est des dévotions qui sont plus recommandées.

Lire la suite : LL 98 bis : Neuvaine à saint Michel Archange (21 - 29 septembre)

  • Affichages : 1097

LL n° 98 : Les révélations de Quito sur l'Eglise (suite)

Samedi prochain, 7 septembre 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 1er mystère douloureux : L'agonie de Jésus au jardin des oliviers
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

l'immaculée conception de la Très Sainte Vierge

Lettre de liaison n° 98 (4 septembre 2019)Imprimer

Chers amis,

À la lecture de la dernière lettre de liaison, certains lecteurs ont été impressionnés par les révélations de Quito qui y étaient rapportées. Même si une telle réaction est parfaitement compréhensible, il ne faut pas désespérer pour autant. Si Dieu permet que soient dévoilés certains éléments de l’avenir, c’est une grâce qu’Il nous accorde pour nous aider à comprendre ces événements et ainsi nous donner plus de force pour les affronter.
De plus, ces révélations sont nombreuses et détaillées, ce qui, là aussi, peut dérouter. Aussi n’est-il peut-être pas inutile de les résumer afin de mieux les comprendre.
En schématisant, il est possible de les regrouper selon trois types d’informations : des éléments de date, des descriptions d’événements et des recommandations pour réagir.

L’époque concernée

Les révélations de Quito sont remarquables par la précision des dates données. Nous en avons vu quelques exemples dans la lettre n° 95 : indépendance de l’Équateur, assassinat de Garcia Moreno, naissance de saint Jean-Marie Vianney, … Il en est de même pour les faits rapportés sur l’Église.
Par trois fois, la Sainte Vierge indique l’époque concernée : lors d’une apparition en 1582, puis lors des apparitions du 21 février 1610 et du 2 février 1634. Voici ce qu’elle révèle à mère Mariana (voir lettre n° 97) :

Lire la suite : LL n° 98 : Les révélations de Quito sur l'Eglise (suite)

  • Affichages : 2906

LL n° 97 : Les révélations de Quito sur l'Eglise

Samedi prochain, 3 août 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 5e mystère joyeux : Le recouvrement de Jésus au temple
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les offenses de ceux qui outragent Notre-Dame directement dans ses saintes images.

ImprimerLettre de liaison n° 97 (31 juillet 2019)

Chers amis,

Les apparitions de Notre-Dame à mère Mariana de Jésus Torrès, au couvent de l’Immaculé Conception de Quito, sont encore peu connues, ce qui est fort dommage, car elles apportent un éclairage précieux sur l’époque que nous vivons et nous permettent ainsi de mieux comprendre ce qui se passe.
Au cours de sa vie, mère Mariana eut une quarantaine d’apparitions de Notre-Dame ou de Notre-Seigneur. Ces apparitions sont remarquables par les prophéties qui y furent faites, lesquelles constituent une authentification exceptionnelle de l’origine divine des apparitions. En effet, le nombre de prophéties, les détails qu’elles contiennent, la précision des faits annoncés sont inégalés dans les apparitions de Notre-Dame. Quelques-unes ont été présentées dans la lettre de liaison n° 95. Mais les plus intéressantes pour notre propos sont celles que mère Mariana reçut sur l’Église. Ces dernières précisent les troubles qui vont secouer l’Église, l’époque à partir de laquelle ils se produiront (à partir de la 2e moitié du XXe siècle) et leurs causes.

Lire la suite : LL n° 97 : Les révélations de Quito sur l'Eglise

  • Affichages : 1306

LL n° 96 : Les sacrifices et le jeûne dans la dévotion au Cœur Immaculé de Marie

Samedi prochain, 6 juillet 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 4e mystère joyeux : La présentation de Jésus au temple
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

les offenses de ceux qui cherchent publiquement à inculquer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris ou la haine à l’égard de Notre-Dame.

ImprimerLettre de liaison n° 96 (3 juillet 2019)

Chers amis,

Vers la fin d’une précédente lettre de liaison (lettre n° 94), une expression peu heureuse a été employée à propos du jeûne. Il était dit : « Dieu ne nous demande pas forcément de jeûner comme les Ninivites. » Un lecteur s’étant justement étonné, la lettre a été corrigée sur le site de la façon suivante : « Dieu ne nous demande pas uniquement de jeûner comme les Ninivites. » Malgré tout, l’expression reste en partie défectueuse, ou au mieux incomplète. Ce point demande à être précisé et pour cela, il convient d’analyser la place du sacrifice, en particulier du jeûne, dans la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

Le sujet du sacrifice a été déjà plusieurs fois abordé dans cette lettre. Aussi, pour certains, ne sera-ce peut-être qu’une redite ; mais étant donné l’importance du sacrifice dans la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, il n’est pas inutile de revenir sur le sujet. D’ailleurs, dans sa lettre à Timothée, qui sert d’épître à la fête d’aujourd’hui (saint Irénée), saint Paul donne le conseil suivant : « Je t’adjure devant Dieu et devant le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, et par son apparition et son règne, prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, menace, exhorte, avec une entière patience et toujours en instruisant. »
De plus beaucoup de ceux qui reçoivent cette lettre ne la reçoivent pas depuis le début et n’ont donc pas forcément lu les lettres où le sujet du sacrifice a été abordé. Enfin, au moment où nombre d’entre nous s’apprêtent à prendre des vacances, il n’est pas inutile non plus de rappeler que, malgré la légitime préoccupation de se détendre et de se reposer, il ne faut pas pour autant négliger notre vie spirituelle.

Lire la suite : LL n° 96 : Les sacrifices et le jeûne dans la dévotion au Cœur Immaculé de Marie

  • Affichages : 3064

LL n° 95 : Les apparitions de Quito

Samedi prochain, 1er juin 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 3e mystère joyeux : La Nativité
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre la maternité divine de la Très Sainte Vierge.

ImprimerLettre de liaison n° 95 (29 mai 2019)

Chers amis,

Les révélations citées dans les dernières lettres de liaison paraîtront peut-être à certains difficiles à croire, bien que parfaitement cohérentes entre elles et émises pour certaines par deux saints et un pape : saint Padre Pio (lettre de liaison n° 82), le pape Léon XIII (lettre de liaison n° 83) et le bienheureux abbé Cestac (lettre de liaison n° 84). Une confirmation supplémentaire ne sera donc sans doute pas inutile. Or, ce qu’annonce toutes ces révélations avait déjà été annoncé trois siècles plus tôt, dans des révélations faites à mère Mariana de Jésus Torrès (1563-1635), une franciscaine espagnole du couvent de l’Immaculée Conception, à Quito en Équateur.
Mère Mariana n’est pas encore canonisée, mais sa cause a été introduite le 8 août 1986 par l'archevêque de Quito, Mgr Antonio Gonzalès. Quoi qu’il en soit, les signes d’une intervention céleste sont si manifestes dans son cas qu’il est impossible de douter de l’authenticité des apparitions qu’elle a eues. En effet, mère Mariana annonce des prophéties tellement extraordinaires qu’elles ne peuvent qu’être d’origine divine.

Utilité des prophéties

Seul Dieu connaissant l’avenir, une prophétie qui se vérifie marque infailliblement l’origine divine d’un message. Saint Thomas d’Aquin enseigne :

La révélation des événements futurs appartient de la façon la plus rigoureuse à la prophétie ; c'est même de là que semble venir le nom de prophétie. Saint Grégoire a donc pu écrire : « La prophétie, dont la nature est de prédire l'avenir, perd la raison de son nom, quand elle parle du passé ou du présent. » (Somme théologique, IIa-IIae, q. 171, art. 3)

Le saint docteur explique les raisons des prophéties :

Lire la suite : LL n° 95 : Les apparitions de Quito

  • Affichages : 7275

LL n° 94 : La Salette et l'incendie de Notre-Dame de Paris

Samedi prochain, 4 mai 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 2e mystère joyeux : La Visitation
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre la virginité de la Très Sainte Vierge.


ImprimerLettre de liaison n° 94
 (2 mai 2019)

Chers amis,

Les événements récents nous conduisent à retarder la poursuite de l’analyse des révélations privées pouvant éclairer le troisième secret de Fatima, afin de revenir sur une partie du message de La Salette qui semble très liée à l’actualité.

En effet, onze jours après l’envoi de la dernière lettre de liaison qui suggérait de réparer l’ignoble blasphème proféré par un journal satirique le 13 mars précédent, un énorme incendie ravageait la cathédrale Notre-Dame de Paris. Notre-Dame de Paris n’est pas Paris. Mais située sur l’île de la Cité, en plein centre de Paris, c’est le cœur de Paris. C’est donc le cœur-même de Paris qui a été touché. Il est difficile de ne pas rapprocher cet événement d’une prophétie du secret de La Salette.

Le secret de La Salette et la France

Dans les deux dernières rédactions du secret, celle de 1860 écrite à Marseille et celle de 1878 écrite à Castellammare di Stabia, laquelle fut envoyée à Léon XIII, se trouvent diverses prophéties sur le monde et sur l’Église (voir lettre de liaison n° 91). Et dans les prophéties sur le monde, certaines concernent plus particulièrement l’Italie et la France. En particulier, dans les deux versions, il est dit : « Paris sera brûlé et Marseille englouti. »

Lire la suite : LL n° 94 : La Salette et l'incendie de Notre-Dame de Paris

  • Affichages : 2812

LL n° 93 : Mélanie est-elle folle ou menteuse ?

Samedi prochain, 6 avril 2019 : 1er samedi du mois

Méditation
proposée :

 1er mystère joyeux : L'Annonciation
     Version internet, cliquez ICI.     Version PDF, cliquez ICI.

Offrir ce 1er samedi
pour réparer …

 les blasphèmes contre l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge.


ImprimerLettre de liaison n° 93
 (3 avril 2019)

Chers amis,

Lorsque, le 4 avril 2015, le projet Cap Fatima a été lancé, il y a donc maintenant tout juste quatre ans (voir lettre de lancement), l’idée était simplement de participer à la célébration du centenaire des apparitions de Fatima en faisant mieux connaître le message de Fatima et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Aussi, l’intention initiale était-elle de s’arrêter à la fin de l’année 2017, une fois le centenaire passé. Mais nombreux sont ceux qui, à l'époque, ont demandé que les lettres de liaison soient poursuivies au-delà de cette date. La fin du projet a donc été retardée, en lui apportant toutefois quelques modifications.

La fréquence des préparations pour les consécrations au Cœur Immaculé de Marie a été diminuée (sept par an au lieu d'une douzaine : 2 février, 25 mars, 13 mai, 2 juillet, 15 août, 7 octobre et 8 décembre).
L’organisation des premiers samedis du mois a été simplifiée : les méditations proposées, plutôt que d’être envoyées aux personnes qui s’inscrivaient, sont désormais envoyées systématiquement à tous les abonnés par un lien figurant dans la lettre de liaison paraissant juste avant un premier samedi du mois. Ceci demandait donc de continuer l’envoi des lettres pendant au moins quinze mois.
À ces actions s’y est ajoutée une nouvelle : le 25 mars 2018 des rosaires vivants ont été lancés. Depuis, il y a toujours eu au moins une douzaine de rosaires vivants actifs.

Lire la suite : LL n° 93 : Mélanie est-elle folle ou menteuse ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.